Alzheimer : ce qui augmente et ce qui diminue le risque

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 11609 visites
123-hers-neuron-synaps-9-7.jpg

news Un éventail de facteurs semblent intervenir – positivement ou négativement - dans le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Sur lesquels peut-on agir ?

Cette équipe américaine (université de Californie) a réalisé une méta-analyse, avec le croisement des résultats de plusieurs centaines d’études consacrées à ce sujet. Les chercheurs estiment qu’une proportion considérable de cas d’Alzheimer pourrait être évitée en corrigeant les facteurs de risque les plus évidents, tout en encourageant les comportements bénéfiques.

Ce qui augmente le risque

• l’hypertension artérielle
• le diabète de type 2
• un indice de masse corporelle (IMC) trop élevé ou trop bas à l’âge mûr
• la dépression
• des taux élevés d’homocystéine (un acide aminé)
• la sténose carotidienne (rétrécissement de l’artère carotide)
• un état de santé fragile

Ce qui fait baisser le risque

• les œstrogènes
• les statines (anti-cholestérol)
• les antihypertenseurs
• les Ains (anti-inflammatoires non stéroïdiens)
• les folates
• les vitamines E et C
• le café
• une consommation modérée d’alcool
• les exercices mentaux (tout ce qui fait travailler les facultés cognitives : mémoire, raisonnement, résolution de problèmes…)

D’autres paramètres entrent en considération, et d’autres facteurs augmentant ou diminuant le risque interviennent, mais globalement, estiment les chercheurs, le fait d’agir sur ces composantes (alimentation, maladie, médicaments, mode de vie…) réduirait très sensiblement l’incidence de la maladie d’Alzheimer dans la population générale.

Source: Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry (http://jnnp.bmj.com)
publié le : 21/11/2015 , mis à jour le 20/11/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci