Alcool : la gueule de bois des artères

Dernière mise à jour: mai 2017 | 9086 visites
123m-alcohol-cognac-15-5.jpg

news La consommation élevée et chronique d’alcool favorise le processus de rigidification (rigidité) des artères, avec un risque accru de maladie et d’accident cardiovasculaire.

C’est sur un suivi de très longue durée que repose cette étude britannique (University College London), puisque quelque 4000 adultes (entre 30 et 50 ans à l’entame) ont été revus à intervalles réguliers pendant 25 ans. La cible : la rigidité artérielle, un marqueur important de la santé cardiovasculaire, puisque plus les artères se rigidifient, moins elles sont en mesure de se contracter et de se dilater pour assurer un bon écoulement du flux sanguin (qui varie à chaque battement cardiaque), une perte d’élasticité clairement associée au risque cardiovasculaire. Les causes de rigidification des artères sont diverses : le vieillissement, l’athérosclérose, l’hypertension, le diabète, la maladie rénale… Le tabac est identifié comme un facteur de risque majeur. Qu’en est-il de l’alcool ? Tous les quatre à cinq ans, les chercheurs ont évalué la rigidité artérielle des participants (par une mesure appelée vitesse de l’onde de pouls) et ils ont comparé ces relevés avec la consommation d’alcool.

Le résultat montre que les personnes qui boivent habituellement et depuis longtemps une quantité élevée d’alcool (> 112 g d’éthanol en moyenne par semaine, soit plus de 11 - 12 verres) présentent une rigidité artérielle « significativement » plus marquée par rapport aux consommateurs modérés, et a fortiori aux non-buveurs. Il est à noter que les anciens gros buveurs s’exposent à un risque accru par rapport aux personnes qui n’ont jamais exagéré leur consommation d’alcool. L’association est particulièrement claire chez les hommes, même en tenant compte de paramètres comme l’indice de masse corporelle (IMC), le rythme cardiaque, le diabète, le cholestérol ou les triglycérides.

Les chercheurs indiquent que « cette étude explique l'une des voies par lesquelles la consommation chronique d’alcool en quantités élevées est associée à une augmentation du risque cardiovasculaire », et que parmi d’autres bonnes raisons, il est utile, pour ne pas dire indispensable, de faire preuve de modération.

Source: JAMA (http://jama.jamanetwork.com)
publié le : 25/05/2017 , mis à jour le 24/05/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci