Séparation - réconciliation : un cycle infernal pour le couple

Dernière mise à jour: mars 2019 | 19896 visites
123-p-koppel-bed-triest-psy-170-3.jpg

news On parle de relation on - off : les partenaires se séparent, se remettent ensemble, se séparent à nouveau, et ainsi de suite. Cette situation peut engendrer une grande détresse.

La séparation d’un couple est un processus souvent difficile, associé à de réelles conséquences psychologiques. Dans la majorité des cas, celles-ci s’estompent avec le temps. Les anciens partenaires ne doivent pas forcément éviter tout contact. Une étude récente a d’ailleurs montré que dans certaines circonstances, le fait d’entretenir des relations sexuelles occasionnelles n’était pas forcément pénalisant. Un tout autre cas de figure est celui de la relation on - off : on se quitte, on se remet, on se quitte… Une histoire prolongée de ce type peut favoriser des symptômes « envahissants », selon l’expression de cette équipe américaine (université du Missouri).

Elle a analysé l’évolution de couples hétérosexuels et homosexuels, afin d’évaluer l’effet du cycle on - off sur le risque de dépression et d’anxiété. Les chercheurs constatent d’abord que les couples homme - homme se retrouvent davantage dans cette situation. Ceci étant, quelle que soit la nature de la relation, ils mettent en évidence une association significative entre le processus on - off et un risque bien plus élevé de souffrir de détresse psychologique, dont la dépression et le trouble anxieux, ce qui indique que l’accumulation d’épisodes transitoires dans la relation peut être à l’origine d’un profond tourment pour les partenaires. A qui ils recommandent soit de stabiliser la relation, soit de rompre définitivement. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire, bien sûr : l’appel à une aide spécialisée (psychologue…) peut être - très - utile, pour ne pas dire nécessaire.

Source: Family Relations (https://onlinelibrary.wiley)
publié le : 13/03/2019 , mis à jour le 12/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci