Paracétamol : connaissez-vous les risques ?

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 7758 visites
123m-pil-medic-8-7.jpg

news Le paracétamol, le médicament le plus utilisé contre la douleur et la fièvre, expose à des risques graves en cas de surdosage ou de consommation concomitante d’alcool. Or, ces effets indésirables sont méconnus par beaucoup d’entre nous.

Le paracétamol est l’antidouleur de premier choix pour soulager une douleur légère à modérée. En cas de surdose, le risque renvoie à une atteinte hépatique (foie) sévère ou à une insuffisance rénale. La molécule est disponible sous de nombreux noms commerciaux, seule ou en association avec d’autres substances. Ceci ajoute au danger, puisqu’il est possible que le patient consomme en même temps, sans le savoir, plusieurs médicaments contenant du paracétamol. En cas d’usage de plusieurs antalgiques, il est donc extrêmement important de lire la notice (composition du médicament).

Une étude réalisée en France a montré qu’une proportion significative de la population méconnaît le risque hépatique et rénal du paracétamol, ignore qu’il est dangereux en cas de surdosage (et à partir de quel seuil) et ne sait pas que la consommation d’alcool augmente la toxicité du médicament. On apprend aussi que 20% des patients concèdent qu’ils ne sont pas à l’abri d’une surdose involontaire.

La revue médicale Prescrire rappelle que pour un adulte, la posologie est de 500 mg à 1 g par prise, avec un délai de 4 à 6 h entre chacune, et un maximum de 4 g par 24 h. Chez un enfant, tout dépend du poids : habituellement 10 à 15 mg par kg de poids corporel et par prise, ici aussi espacées d’au moins 4 h, avec un maximum de 60 mg/kg/jour (il est toujours préférable de demander conseil à un médecin, généraliste ou pédiatre, ou le cas échéant à un pharmacien). En cas de suspicion de surdosage, il est essentiel de ne pas attendre : contactez immédiatement un médecin.


publié le : 22/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci