Vélo et sécurité : pourquoi le casque est si important

Dernière mise à jour: octobre 2019 | 6468 visites
Dans cet article
Vélo et sécurité : pourquoi le casque est si important

dossier La pratique du vélo est bénéfique pour la santé tant des enfants que des adultes. Toutefois, rouler à bicyclette expose à un risque d'accident. Dans ce contexte, le port du casque est crucial.

Les risques

• En 2016, 71 cyclistes sont décédés dans des accidents de la route en Belgique et 9604 ont été blessés. Les cyclistes représentent 19% des victimes de la route. Ils constituent le groupe le plus important de victimes de la circulation après les occupants de voiture.

• La Belgique enregistre 7,4 décès à vélo par million d'habitants. C’est le chiffre le plus élevé d’Europe occidentale, et donc plus qu’aux Pays-Bas et au Danemark, les pays où on roule le plus à vélo.

• 26% des cyclistes hospitalisés le sont principalement pour une blessure au crâne ou au cerveau, et 9% sont blessés au cou, au visage ou à d’autres endroits de la tête.

• 85% des cyclistes admis à l'hôpital ont été blessés dans un accident unilatéral. On parle d’accident unilatéral quand un seul véhicule est impliqué dans l’accident corporel. Une collision contre un obstacle ou une chute à vélo est un accident unilatéral.

Une protection majeure

123-kind-fiets-ongeval-helm-09-16.jpg
Selon une étude récente (Institut norvégien d'économie des transports), le port du casque réduit de 60% le risque de subir une grave blessure à la tête lors d'un accident. Les autopsies de cyclistes décédés montrent que 37% des victimes auraient pu survivre si elles avaient porté un casque.

On dit parfois que le port du casque pourrait augmenter le risque de blessure à la nuque en cas d’accident, mais la recherche ne démontre rien de tel.

Le casque de vélo ne contribue pas à réduire la gravité de tous les types d'accident. Si un cycliste est heurté par l'arrière, le casque semble moins efficace que lors d'une collision latérale ou frontale. Dans le cas d'un accident à très grande vitesse ou impliquant un véhicule lourd, le casque ne sert souvent que peu, voire pas du tout.

Il est par contre extrêmement efficace pour d’autres types d’accident. C'est en particulier le cas des accidents unilatéraux. Or, la grande majorité des accidentés à vélo admis à l'hôpital le sont à la suite d'un accident unilatéral, et une proportion significative des décès à vélo est la conséquence d’un accident unilatéral.

Pas plus d'imprudence

123m-sport-fiets-26-2.jpg
Une question pertinente consiste à savoir si le port du casque a un effet sur le comportement, en faisant baisser le seuil de vigilance et en incitant à une attitude moins prudente.

Les chercheurs norvégiens ont étudié l’effet du casque sur de multiples formes de comportement à risque (vitesse, conduite sous influence...). Le résultat ne montre aucun lien.

Peu d'études ont examiné si les automobilistes se comportaient différemment en présence de cyclistes portant un casque ou pas. Une étude a révélé que les voitures étaient plus proches des cyclistes avec casque quand elles les dépassaient. Mais une étude ultérieure n'a pas montré cela, en tout cas quand la distance latérale était inférieure à 1 mètre.

En tout état de cause, la différence de comportement des automobilistes vis-à-vis des cyclistes avec ou sans casque est minime.

L'intérêt de l'obligation du casque

Les résultats de l'étude norvégienne montrent clairement que l'imposition de l'obligation de porter un casque réduit considérablement le risque de blessures à la tête : - 20% au total et - 55% quand on considère les blessures graves.

Dans certains pays, le casque de vélo n'est obligatoire que pour les enfants, et jusqu'à un certain âge. Il serait utile d'élargir l'obligation aux adultes, non seulement pour leur propre protection, mais aussi car cela incitera les enfants à faire de même, et rendra les parents plus attentifs au fait que l'enfant respecte cette obligation.

Moins de cyclistes ?

sport-fietsen-helm-170_560_06.jpg
On pourrait craindre que l’obligation du port du casque pour tous entraîne une diminution du nombre de pratiquants. Ce serait évidemment une conséquence malheureuse, car le vélo présente des avantages évidents pour la santé, pour l'environnement et pour la fluidité de la circulation.

En fait, les études à ce sujet aboutissent à des résultats divergents. Ce qui paraît assez clair, c'est que le port du casque n'est pas un élément décisif par rapport à d'autres facteurs, comme la densité et la qualité des pistes cyclables.

Conclusion

• Le casque de vélo agit de manière bénéfique contre le risque de blessure, et sa gravité.

• Le port du casque ne modifie pas le comportement des cyclistes et des automobilistes.

• Il n’y a aucune raison de ne pas encourager le port du casque et le rendre obligatoire pour tous doit être sérieusement envisagé. En Belgique, ceci ne fait pas l’unanimité. Lors d’une récente enquête internationale, seuls 46% des Belges se sont déclarés en faveur de l'obligation du port du casque de vélo.


publié le : 17/10/2019 , mis à jour le 16/10/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci