ad

Porno sur Internet : quel effet sur l’érection ?

Dernière mise à jour: août 2020 | 7318 visites
123m-internet-porno-25-8-20.jpg

news La consommation de sexe sur Internet peut-elle altérer la fonction érectile, avec des troubles de l’excitation lors d’une relation sexuelle avec une « vraie » partenaire ?

Le réel essor de la pornographie sur Internet remonte à l’année 2007, avec depuis une prolifération exponentielle de ces sites. Le lien entre la consommation de porno et la sexualité a déjà été abordé, et cette équipe belge (université d’Anvers) a entrepris d’approfondir le sujet.

Un questionnaire (118 questions) a été mis en ligne, en abordant trois thèmes principaux : la masturbation, la fréquence de visite des sites pornographiques et l’activité sexuelle avec une partenaire. L’enquête n’a retenu que les hommes qui avaient eu au moins un rapport sexuel durant le mois précédent. Que peut-on retenir des réponses (3300 participants, en provenance surtout de Belgique, du Danemark et de Grande-Bretagne) ?

Pornographie de plus en plus extrême

• En moyenne, chaque répondant regarde 70 minutes de porno par semaine, entre 5 et 15 minutes par séance. Puisqu’il s’agit d’une moyenne, certains sont donc beaucoup plus assidus, d’autres bien moins.

• On observe « une association hautement significative » entre le temps de visite des sites pornos et le risque de trouble de l’érection (à des degrés très divers). Ainsi, 23% des hommes âgés de moins de 35 ans indiquent connaître de temps à autre une difficulté érectile, et les plus concernés sont ceux qui regardent le plus de porno. Les chercheurs indiquent que leur panel n’est sans doute pas parfaitement représentatif de la population masculine, mais néanmoins, le lien constaté ici est suffisamment solide pour qu’on puisse en tirer certains enseignements.

• De manière très surprenante, à peine 65% des répondants indiquent que le sexe avec une partenaire est plus excitant que regarder du porno. Dans cet ordre d’idées, 20% expliquent qu’ils sont à la recherche de pornographie de plus en plus extrême pour maintenir l’excitation.

Les auteurs poursuivent : « Nous pensons que les troubles de l’érection associés à la consommation de pornographie renvoient à un manque d’excitation suffisamment forte lors du rapport sexuel avec une partenaire. Et d’ailleurs, lors de l’évaluation d’un patient souffrant de troubles érectiles, les médecins devraient se pencher sur sa consommation de pornographie ». Prochaines étapes des travaux : déterminer plus précisément quels processus conduisent aux difficultés érectiles, et réaliser une enquête similaire concernant la sexualité des femmes.

Voir aussi l'article : Le porno, une menace pour le couple ?

Source: European Association of Urology (https://uroweb.org)
publié le : 31/08/2020 , mis à jour le 30/08/2020
ad
pub