Allaitement maternel : une étude controversée

Dernière mise à jour: novembre 2013 | 7910 visites
bv-ouder-170_400_03.jpg

news Des pédiatres britanniques remettent en cause le « dogme » de l’allaitement maternel exclusif des bébés jusqu’à l’âge de 6 mois. Ils estiment que de la nourriture solide doit être intégrée à partir de 4 mois. Polémique.

Tant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) que l’Union européenne recommandent l’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois. Les bienfaits de ce régime alimentaire sont indéniables (protection immunitaire du bébé, nutriments nécessaires à sa croissance…). Pourtant, une équipe de pédiatres, chapeautée par le Dr Mary Fewtrell (Université de Londres), vient de jeter un fameux pavé dans la mare.

Ces chercheurs affirment en effet :

• 1°) qu’il n’existe pas de « preuve incontestable » de la nocivité des aliments solides entre l’âge de 4 et 6 mois
• 2°) qu’une alimentation exclusivement composée de lait maternel pourrait présenter de réels inconvénients pour le bébé, en tout cas dans les pays occidentaux (ailleurs, les normes sanitaires et les conditions d’hygiène alimentaire sont à ce point aléatoires que cela exclut d’office l’alternative « solide »).

Des critiques très sévères


Mary Fewtrell pointe au moins deux conséquences négatives pour les bébés nourris au sein : un risque d’anémie (par carence en fer) et une probabilité accrue de développer une allergie alimentaire, quand ils ne sont pas exposés, très jeunes, à autre chose que du lait maternel. Enfin, elle souligne la nécessité d’habituer précocement le nourrisson aux goûts amers, afin de faciliter la consommation de légumes durant l’enfance.

Il va sans dire que les critiques ont immédiatement fusé, sachant en particulier que plusieurs membres de cette équipe de chercheurs ont travaillé par le passé en qualité d’experts pour des fabricants d’aliments pour bébés. Mery Fewtrell réfute la suspicion, en précisant d’abord qu’elle ne remet pas en cause l’intérêt de l’allaitement maternel et que les mamans devaient privilégier les repas préparés à la maison.

Source: British Medical Journal (www.bmj.com)
publié le : 23/07/2011 , mis à jour le 19/11/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci