Tâches ménagères : un poison pour la tension artérielle

Dernière mise à jour: janvier 2014 | 9694 visites
zwsch-rr-paars-170_01.jpg

news Le fait de se sentir responsable de la bonne exécution des tâches domestiques agit de manière (très) négative sur la pression artérielle, révèle une étude américaine. Et ceci, peu importe qui s’y colle…

L’étude a porté sur un groupe d’une centaine de volontaires, des femmes et des hommes travaillant à temps plein et ne souffrant pas d’hypertension artérielle. Ils ont été invités à préciser le nombre d’heures consacrées aux activités domestiques : s’occuper des enfants et des animaux, du ménage (cuisine, poussières, linge…), de la voiture (entretien…), du jardin, du budget familial… Parallèlement, les participants ont défini leur degré de responsabilité dans l’exécution de ces obligations (accomplies par eux-mêmes ou par quelqu’un d’autre). Durant trois semaines, les fluctuations de leur tension artérielle ont été mesurées à l’aide d’un tensiomètre ambulatoire, porté tant au travail qu’au domicile.

Résultat : en croisant les différentes données, il est apparu que plus l’individu se sentait impliqué, responsable de la gestion des tâches domestiques, plus sa tension avait tendance à augmenter, et dans des proportions loin d’être négligeables. Ce phénomène est surtout manifeste pour les tâches ménagères, devant la voiture et les réparations à effectuer dans la maison, ainsi que le suivi des finances. Cela ne surprendra (hélas !) personne d’apprendre que les femmes sont bien davantage affectées que les hommes.

Les auteurs en concluent – pleins de bons sens – qu’une planification équitable et régulière des tâches domestiques se traduit par un impact bénéfique sur la santé cardiovasculaire.

Source: Psychosomatic Medicine (www.psychosomaticmedicine.o)
publié le : 24/06/2011 , mis à jour le 23/01/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci