ad

Thalasso et cure thermale : une eau si précieuse

Dernière mise à jour: août 2015 | 13159 visites

dossier La date du 31 décembre 1865 est à marquer d’une pierre blanche pour la thalassothérapie.

C’est ce jour-là, en effet, que le Dr de La Bonnardière utilise pour la première fois ce terme, dans le cadre d’une thèse dédiée aux soins par la mer et présentée dans la station balnéaire d’Arcachon.

Objectif : combiner les bienfaits de l’eau, des algues, des sables ainsi que du climat marin pour traiter un éventail de troubles de santé.

Les techniques ont évidemment été affinées et étoffées au fil des décennies, se sont adaptées à l’air du temps, mais le principe, lui, demeure immuable.

À quels soucis peut aujourd’hui répondre la thalasso ? Les indications sont nombreuses. Suivez le guide.

Les articulations

cosm-water-rots-200.jpg
Le rhumatisme chronique, bien sûr, mais aussi - et l’on dépasse alors le cadre articulaire - l’ostéoporose ou les pathologies de la colonne vertébrale.

La technique de mobilisation, conduite par un kinésithérapeute, est indiquée. Les boues marines, qui peuvent être utilisées localement, dégagent ici tout leur potentiel, par leur action antalgique et anti-inflammatoire. Il en va ainsi, également, de la boue thermale (immersion des mains dans de la boue d’algues ou du sable chaud) et de la douche à affusion (jets fins d’eau de mer sur le corps).

Pour le dos, le massage sous la pluie (d’eau de mer chauffée) procure des sensations délicieuses.

Le stress

Le massage aux pierres chaudes - une pratique ancestrale - induit une profonde relaxation, en apaisant la tension musculaire et en activant la circulation sanguine et lymphatique. Le bain thermomasseur s’accompagne d’une relaxation globale, par l’action de l’eau de mer chauffée à 37 °C, additionnée d’algues. La douche massage agit dans le même sens, tout comme la douche à affusion et le bain bouillonnant. Les douleurs postopératoires ou liées à un autre type de traumatisme peuvent être apaisées par des techniques appropriées.

La circulation sanguine

Le massage à deux ou quatre mains stimule la circulation sanguine et lymphatique, et assure une meilleure oxygénation et une élimination des toxines. Il s’agit du complément idéal à la cure marine. La boue marine autochauffante (riche en magnésium et en oligo-éléments) intervient dans ce contexte. Idem pour l’hydromasseur : le curiste est immergé dans un bain d’eau de mer et il reçoit une multitude de jets dirigés sur des points névralgiques du corps.

On retiendra enfin l’application, sur les membres inférieurs, d’une lotion d’algues réfrigérantes, avec une impression de légèreté et de fraîcheur. Pour les jambes lourdes, direction l’hydrojambes : elles sont successivement immergées dans deux bassins remplis d’eau, avec un écart de température de dix degrés.

La peau

cosm-gr-200.jpg
Le gommage du corps, pratiqué en début de cure, permet une meilleure pénétration dans la peau des oligo-éléments et des sels minéraux de l’eau de mer. Il élimine les cellules mortes, permet d’affiner la peau et active la circulation sanguine. Des cures spécifiques joueront un rôle bénéfique dans la prise en charge d’affections comme le psoriasis.

La cellulite

Le drainage lymphatique n’est plus à présenter. On connaît sans doute moins la prestothérapie (un système de recouvrement gonflable des parties à traiter), qui agit par ailleurs sur les œdèmes des membres. L’enveloppement du corps par une couche d’algues chaudes exerce une activité amincissante.

Les troubles respiratoires

Les aérosols composés d’eau de mer engendrent un effet décongestionnant. Ces soins sont précieux pour les fumeurs.

L’excès de poids

Outre les algues chaudes, un passage par l’aquagym aide, par des exercices en piscine, à remodeler le corps et à renforcer la musculature. La thalasso est également la bienvenue pour les femmes qui ont récemment accouché et qui souhaitent raffermir leur ventre.

Quelles contre-indications ?

Avant d’entamer une cure de thalassothérapie, il est important d’avoir à l’esprit que des contre-indications (relatives ou absolues selon les cas) sont identifiées.

Il en va ainsi des affections aiguës de la peau, des plaies suppuratives et des escarres. Sur le plan cardiovasculaire, les troubles artériels récents, les cardiopathies évolutives et une hypertension non stabilisée doivent inciter à la prudence.

Idem pour les fractures non consolidées, la cirrhose et l’hépatite, l’hyperthyroïdie, l’insuffisance rénale, les maladies mentales graves, alors que les femmes enceintes de plus de six mois feront preuve d’une vigilance absolue.

Et le thermalisme ?

water-dr-170_400_03.jpg
Si l’eau de mer et les composants qui l’accompagnent présentent d’indéniables vertus, il en va ainsi aussi de l’eau minérale, élément essentiel des cures thermales. Les indications ? Elles sont nombreuses. Exemples.

• L’eau thermale aide à réguler les manifestations inflammatoires de la bouche, les gingivites, alors que des massages réalisés à l’aide de jets d’eau évitent le déchaussement des dents et aident à les stabiliser.

• Les bains et les douches présentent un effet relaxant dans le cadre de problèmes comme l’anxiété et les troubles du sommeil.

• En dermatologie, les bains d’eau minérale assouplissent la peau et les douches filiformes ont une action contre les démangeaisons.

• Les bains et des techniques appropriées permettent de lutter contre les affections gynécologiques et apaisent les douleurs pelviennes.

• La cure de boisson s’attaque aux colites, aux troubles de la digestion ou encore aux dysfonctionnements hépatiques.

La circulation sanguine peut être améliorée par les bains et les douches, associés à du gaz thermal.

• Concernant l’appareil urinaire, la cure de boisson (complétée par les bains et les douches) se fixe pour objectif d’éliminer les résidus de calcul et de rééquilibrer les fonctions urinaires.

• Une cure peut s’avérer utile en cas de traumatisme crânien, de maladie de Parkinson, de sclérose en plaques ou encore d’hémiplégie consécutive à un accident vasculaire cérébral (AVC).

• L’utilisation du couloir de marche, les drainages lymphatiques et les douches au jet traitent les insuffisances veineuses, les œdèmes et les suites d’ulcères aux jambes.

• En rhumatologie, les bains, les applications locales ou générales de boues et la kinésithérapie aquatique sont indiqués pour l’arthrose, les séquelles de traumatismes et les douleurs articulaires de toutes sortes.

• Enfin, l’eau ou le gaz thermal nettoient efficacement les voies respiratoires.

Ce qu'il ne faut pas confondre

cosm-vr--170_400_04.jpg
L'hydrothérapie regroupe l’ensemble des techniques de soins utilisées en cure : bains de vapeur, douches à jets, piscines et baignoires, affusions, inhalations…

La balnéothérapie présente des vertus apaisantes et se pratique en piscine d’eau douce : bains bouillonnants, bain d’eau chaude suivi d’une douche froide…

La thalassothérapie vise à une remise en forme en trois jours minimum, avec environ quatre soins quotidiens à base d’eau de mer. Les centres de thalassothérapie sont toujours situés à proximité de la mer, puisque le climat et l’air iodé participent aux soins.

Le thermalisme présente des vertus thérapeutiques avérées. Les cures de relaxation et de bien-être sont généralement de courte durée, contrairement à celles qui visent à lutter contre de réels problèmes de santé. Les douches, les bains et les cures de boisson sont associés.

Le spa offre des prestations à mi-chemin entre l’institut de beauté et les soins d’eau. Les massages y tiennent une place importante.


publié le : 24/10/2013 , mis à jour le 08/08/2015
ad
pub