Syndrome du canal carpien : quand faut-il opérer ?

Dernière mise à jour: mai 2014 | 8614 visites
carpaltunnel-170_400_05-.jpg

news Le syndrome du canal carpien entraîne des troubles qui régressent spontanément dans un tiers des cas, mais qui s’aggravent sérieusement chez 20% des patients. La chirurgie n’est pas toujours la seule solution.

La revue médicale Prescrire a dressé un état des lieux de la prise en charge du syndrome du canal carpien. Celui-ci est lié à la compression d’un nerf – appelé médian – à l’intérieur du poignet. Le syndrome se traduit par des fourmillements, l’engourdissement de certains doigts, voire par des troubles de la sensibilité ou de la force musculaire d’une partie de la main.

Les symptômes s’améliorent spontanément dans environ 30% des cas, mais ils s’aggravent chez environ un patient sur cinq, avec parfois des séquelles définitives. Le port d’une attelle du poignet durant la nuit ou une infiltration de corticoïdes dans le canal carpien sont une alternative à la chirurgie chez la majorité des patients, du moins à moyen terme (un an).

Lorsque cette prise en charge ne soulage pas, en cas d’aggravation ou de persistance des troubles au-delà de quelques mois, ainsi qu’en cas de diminution brutale de la sensibilité ou de la force musculaire, un traitement chirurgical peut être proposé. Le diagnostic doit être étayé par une électromyographie (enregistrement électrique du fonctionnement des muscles et des nerfs).

Les diverses techniques chirurgicales habituellement utilisées aboutissent à des résultats similaires pour soulager les symptômes, observe encore Prescrire. Mais la chirurgie endoscopique semble réduire de quelques jours le délai de reprise du travail. Les conséquences indésirables sont rares, et dans 75% des cas, la chirurgie est un succès.


publié le : 08/06/2011 , mis à jour le 19/05/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci