Incontinence urinaire : l’efficacité du Botox

Dernière mise à jour: mars 2018 | 3672 visites
vr-wit-buikpijn-170_400_03.jpg

news La toxine botulique permet de lutter efficacement contre l’incontinence urinaire liée à une vessie hyperactive.

Ce trouble fréquent engendre, au quotidien, des situations inconfortables, contraignantes, voire extrêmement embarrassantes et handicapantes. L’hyperactivité du muscle de la vessie (le muscle détrusor) se manifeste par des contractions « décalées » par rapport aux besoins urinaires. Ce phénomène se traduit en particulier par des besoins urgents (de jour comme de nuit), objectivement non justifiés par le remplissage de la vessie, ainsi que par des pertes urinaires.

Afin de contrôler les contractions du muscle détrusor, la toxine botulique (Botox) est apparue comme un recours intéressant. Une équipe de l’université de Leicester (Angleterre) fait aujourd’hui le point sur une étude qui a intégré quelque 250 femmes souffrant d’incontinence urinaire sévère, sans amélioration après des traitements reposant sur des exercices et la prescription de médicaments, et auxquelles a été administrée la toxine botulique. Les résultats de ce suivi sont particulièrement encourageants.

Ainsi, les périodes d’urgence – avec besoin soudain et impératif de se rendre aux toilettes – ont été considérablement réduites. Près de la moitié des femmes ont récupéré une continence absolument normale au bout de six semaines, et un tiers en bénéficiaient toujours après six mois. Au-delà de cette période, les effets du traitement s’estompent progressivement. Des effets indésirables sont notifiés, notamment des difficultés à vider la vessie (avec, le cas échéant, nécessité de recourir à un cathéter).

Ainsi qu’elle l’explique dans la revue « European Urology », l’équipe poursuit ses travaux, afin d’estimer si la toxine botulique peut s’inscrire comme un traitement de référence dans cette indication.


publié le : 11/06/2012 , mis à jour le 13/03/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci