Vitamine D : quelle durée d'exposition au soleil ?

Dernière mise à jour: mai 2017 | 17896 visites
123m-zon-zwem-vakantie-15-5.jpg

news L’exposition à la lumière naturelle est cruciale pour que le corps produise de la vitamine D, mais il faut faire attention au coup de soleil. Où se situe le bon équilibre ?

La question revient donc à estimer la durée optimale pour assurer sa dose de vitamine D (fabriquée par l’organisme sous l’action des rayons UV) sans risquer les conséquences néfastes d’une exposition trop prolongée : coup de soleil (douloureux, mais aussi facteur de risque de cancer cutané), vieillissement accéléré de la peau… Une équipe espagnole (université polytechnique de Valence) a évalué la durée idéale, mois par mois, pour une personne avec une peau de type III, c’est-à-dire relativement claire, moyennement sujette aux coups de soleil et qui bronze uniformément. Etant donné que les mesures ont été effectuées dans la région de Valence, qui bénéficie d’un ensoleillement favorable (bien plus que dans les régions plus au nord), il faut surtout retenir les enseignements de ces résultats, davantage que les données brutes.

La vitamine D. En été et au printemps, 10 à 20 minutes d’exposition au soleil sont suffisantes pour une bonne production de vitamine D, mais en hiver, environ 2 heures par jour sont nécessaires pour synthétiser la même quantité. La différence vient du fait qu’en hiver, le rayonnement UV est plus faible et que les personnes se couvrent bien davantage (en moyenne, 10% du corps est découvert durant la saison hivernale). A la mi-janvier, 130 minutes (!) au soleil constituent le minimum pour atteindre un taux satisfaisant de vitamine D. En juillet (25% du corps découvert), 10 minutes suffisent. Il faut une trentaine de minutes en octobre, et au printemps (avril), on se situe entre les deux.

Le coup de soleil. En janvier, il est possible de passer 150 minutes au soleil sans le moindre risque, mais cette durée chute à un peu moins d’une demi-heure en été.

Ces chiffres varient bien entendu en fonction du type de peau, de l’utilisation ou pas d’une protection solaire, de l’heure de la journée, de la morphologie, des zones du corps couvertes par les vêtements, ou encore de l’âge (les seniors produisent moins de vitamine D).

En tout cas, note Le Généraliste, « dans une région comme Valence où les radiations solaires sont jugées suffisantes, on constate qu’il est difficile d’atteindre en hiver la durée d’exposition nécessaire à la production du taux recommandé de vitamine D. Ceci permet de mieux comprendre que 80% des Français présentent une insuffisance en vitamine D, dont 42% un déficit modéré et 5% une carence sévère ». Et ce qui vaut pour la France concerne bien d’autres pays, dont la Belgique. Il est donc indispensable d’abord de s’exposer autant que possible à la lumière du soleil tout au long de l’année (avec prudence en été…), ensuite d’évaluer son statut en vitamine D (une analyse de sang suffit) et de recourir si nécessaire à des suppléments.

Source: Science of the Total Environment (www.journals.elsevier.com/s)
publié le : 30/05/2017 , mis à jour le 29/05/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci