AVC : quels facteurs de risque entre 18 et 55 ans ?

Dernière mise à jour: octobre 2017 | 12096 visites
scan-hers-beroert-CVA-170_560_05.png

news L’accident vasculaire cérébral (AVC) de l’adulte jeune se distingue-t-il, par ses facteurs de risque, de l’AVC de la personne plus âgée, et quels sont-ils ?

Comme l’explique le Dr Philippe Tellier (Journal international de médecine), « l’AVC de l’adulte jeune semble constituer une entité à part, et il semble pertinent de l’imputer à des mécanismes et des causes spécifiques qui le distingueraient de l’AVC du sujet âgé, associé à des facteurs de risque cardiovasculaire dit traditionnels ». Une équipe allemande s’est penchée sur la question et a comparé le profil de quelque 2000 patients âgés de 18 à 55 ans ayant souffert d’un AVC (ischémique ou hémorragique) avec celui de 8500 personnes sans antécédent neurologique vasculaire.

Huit facteurs de risque ont été examinés : hypertension artérielle, excès de cholestérol, diabète, maladie coronarienne, tabagisme, consommation excessive d’alcool (en particulier par épisodes : binge drinking), faible degré d’activité physique (sédentarité) et obésité. Il ressort de l’analyse que deux facteurs se taillent « la part du lion » dans le risque d’AVC : la sédentarité et l’hypertension artérielle. La combinaison de deux ou davantage des huit situations à risque permet d’expliquer l’immense majorité (80%) des AVC.

Autrement dit, comme chez le sujet âgé, la sédentarité et l’hypertension apparaissent comme les deux grandes causes d’AVC chez la personne plus jeune. Et donc, quel que soit l’âge, la prévention repose sur ces deux axes… sans évidemment négliger les autres, puisque l’accumulation augmente encore davantage le danger.

Source: Stroke (http://stroke.ahajournals.o)
publié le : 02/10/2017 , mis à jour le 01/10/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci