Harcèlement sexuel : les collègues… mais aussi les clients

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 12090 visites
123-p-werk-pesten-170-11.jpg

news De nombreuses études se sont penchées sur les réalités et les conséquences du harcèlement sexuel sur le lieu de travail, en s’intéressant surtout aux collègues. Mais qu’en est-il des clients ?

Une équipe danoise (université de Copenhague) a mené l’enquête auprès d’un millier d’organismes, institutions, entreprises…, de secteurs très divers, où les employés sont en contact direct avec la clientèle. Les personnes interrogées étaient âgées de 18 à 64 ans, et il leur a été demandé si elles avaient été confrontées au harcèlement sexuel pendant l’année écoulée, par qui, et quelles en ont été les répercussions psychologiques.

On constate d’abord que cela a concerné 4% des femmes et 0,3% des hommes (durant les douze derniers mois, donc). Ensuite, que les actes de harcèlement augmentent fortement le risque de dépression, puisqu’il est doublé, et ceci que le fait soit commis par un collègue (même statut, supérieur ou subordonné) ou par un client. On note quand même un risque plus élevé lorsqu’il s’agit d’un collègue, mais la différence n’est pas considérable.

Un autre point intéressant indique que lorsque le harcèlement est commis par un client, la possibilité de faire appel à un soutien psychosocial sur le lieu de travail n’est pas d’une grande utilité. Ce qui laisse supposer, estiment les auteurs, que si le harcèlement sexuel imputable aux collègues est beaucoup mieux pris en considération que par le passé (encore qu’il reste beaucoup de chemin !), les faits commis par les clients le sont bien moins, et en tout cas l’aide apportée aux victimes n’est pas adaptée (peut-être qu'une partie de celles-ci n’a pas le réflexe d’y faire appel). Il est important que les employeurs développent des initiatives internes incitant les membres du personnel harcelés par des clients à rapporter ces faits, qui ne doivent pas être minimisés par crainte d’éventuelles conséquences commerciales.

Source: BMC Public Health (https://bmcpublichealth.bio)
publié le : 14/12/2017 , mis à jour le 13/12/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci