Dents et gencives : une protection avec le vin ?

Dernière mise à jour: mai 2018 | 2 réactions | 3113 visites
alcoh-vr-dr-wijn-170_400_04.jpg

news Des extraits de pépin de raisin et de vin rouge semblent agir favorablement sur la santé bucco-dentaire en freinant l’action des bactéries nocives.

Les polyphénols du vin ont fait l’objet d’un éventail de travaux portant en particulier sur leur activité antioxydante. Cette équipe espagnole (université de Madrid) s’est intéressée à leur effet sur les dents et les gencives. Les recherches ont été réalisées in vitro, sur des cellules de gencive (cellules gingivales). Des polyphénols extraits de pépin de raisin et de vin rouge ont été mis en contact avec trois pathogènes oraux : Porphyromonas gingivalis, Fusobacterium nucleatum et Streptococcus mutans.

Le résultat montre que les deux polyphénols testés ici exercent une action antiadhésive : les bactéries rencontrent bien plus de difficultés à coloniser le tissu gingival. Or, cette capacité adhésive joue un rôle clé dans le développement de la carie, de la plaque dentaire et de la maladie parodontale. Cette activité est encore renforcée avec la combinaison entre les polyphénols et un probiotique (S. dentisani).

Les auteurs ne poussent évidemment pas à la consommation de vin rouge, mais ils soulignent deux points : ils ont mis en évidence un bénéfice supplémentaire de cette boisson, et ils estiment que les polyphénols du raisin (fruit ou vin), le cas échéant complétés par ce probiotique, pourraient intégrer un produit utile à la santé bucco-dentaire.

Source: Journal of Agricultural and Food Chemistry (https://pubs.acs.org/journa)
publié le : 15/05/2018 , mis à jour le 14/05/2018

Réactions à "Dents et gencives : une protection avec le vin ?"

Dents et gencives : une protection avec le vin ?

par anonyme, 15 mai 2018 - 19:20

Peu crédible par manque de références. "Cette équipe espagnole" - quelle équipe ? Quelle université de Madrid, il y en a plusieurs ? Quelle faculté ? "Le résultat" (en gras et souligné), où est-il ? Serait-il possible de le quantifier ? Sur quelle population a-t-on prélevé les cellules ? Y a-t-il un lot témoin ? Comment a-t-il été traité ? "les bactéries rencontrent bien plus de difficultés", quel pourcentage de différence ? Tel quel, cela ressemble furieusement à de la propagande.

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci