Maladie cardiovasculaire : surveillez votre vitamine D

Dernière mise à jour: mai 2018 | 13679 visites
123-hart-bloed-9-20.jpg

news Un taux correct de vitamine D pourrait être précieux dans la prévention de la mortalité précoce par maladie cardiovasculaire.

Le rôle de la vitamine D semble s’élargir au fil des recherches, qui insistent dans le même temps sur la nécessité d’éviter les excès en termes de supplémentation. Une équipe norvégienne (université de Bergen) a analysé des données de suivi (douze ans) concernant quelque 4000 patients présentant une maladie cardiaque. Un éventail de paramètres ont été pris en considération : statut en vitamine D, bien sûr, âge à l’inclusion, sexe, tabagisme, indice de masse corporelle (IMC), fonction rénale, pression artérielle…

Le résultat montre qu’en termes de risque de mortalité prématurée (toutes causes confondues ou spécifiquement par accident cérébro ou cardiovasculaire), il est important que les valeurs en vitamine D se situent à au moins 42 nmol/l. Impossible cependant de donner un taux « idéal », et plus compliqué encore d’avancer des recommandations sur la nécessité d’une supplémentation, en sachant qu’un excès de vitamine D peut être nocif.

En fait, chaque situation personnelle est spécifique (alimentation, exposition au soleil…). Il peut être utile d’inclure l’évaluation du taux de vitamine D lors d’une analyse de sang, en particulier pour une personne qui s’expose relativement peu à la lumière du jour (une cause majeure de déficit ou de carence), et certainement en présence d’une maladie ou d’un trouble cardiovasculaire. Le médecin jugera de l’opportunité de prescrire une supplémentation, et il vaut donc mieux ne pas y recourir de sa propre initiative.

Source: The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism (https://academic.oup.com/jc)
publié le : 02/05/2018 , mis à jour le 01/05/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci