Bien respirer pour un cerveau plus efficace

Dernière mise à jour: juin 2018 | 4738 visites
123-hersenen-psy-creativiteit-10-12.jpg

news La maîtrise de la respiration peut améliorer le fonctionnement cérébral, et en particulier renforcer l’attention et la concentration.

Le rythme de la respiration joue un rôle crucial dans la plupart des techniques faisant appel à la méditation (comme la pleine conscience ou le yoga). Une équipe irlandaise (Trinity College Dublin) a réalisé une expérience très instructive. Des volontaires ont passé des tests sollicitant fortement l’attention. Il s’avère que les participants qui les ont le mieux réussis sont ceux qui présentaient le meilleur contrôle respiratoire.

Pour prendre l’exemple de la pleine conscience, la maîtrise du souffle est importante : inspiration, petite pause, expiration, petite pause, et ainsi de suite. Les chercheurs ont exploré plus avant, et ils ont pu déterminer que la respiration influençait l’activité du locus coeruleus, une petite région (noyau) du tronc cérébral. Ce locus coeruleus libère une grande quantité de noradrénaline, un neurotransmetteur notamment impliqué dans l’attention sélective et la vigilance. Cette zone est étroitement liée au néocortex cérébral, déterminant dans les processus d’attention et d’éveil. Et on notera encore que des substances aux effets sédatifs (comme les tranquillisants et l’alcool) diminuent l’activité du locus coeruleus.

Les auteurs considèrent que la régulation de la respiration peut permettre d’optimiser le fonctionnement du locus coeruleus, avec un effet positif sur l’attention et la concentration, et peut-être d’autres fonctions cognitives (apprentissage, mémoire…). Une piste pour la prise en charge des troubles de l’attention (TDA/H) et de l’altération des facultés cognitives ?

Source: Psychophysiology (https://onlinelibrary.wiley)
publié le : 24/06/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci