Sexe oral et cancer de la gorge : quel risque ?

Dernière mise à jour: septembre 2018 | 3292 visites
123-koppel-bed-sex-7-4.jpg

conseil Le sexe oral augmente le risque de certains types de cancer de la tête et du cou. On estime que l'infection par le papillomavirus (HPV), qui pénètre dans le pharynx lors du sexe oral, est responsable d'un quart à un tiers des cas de cancer de la gorge dans la partie arrière de l'oropharynx.

Le HPV est un virus très commun qui affecte la peau et les muqueuses, ce qui peut déclencher une inflammation chronique, augmentant alors le risque de cancer. Chez de nombreuses personnes, l'infection à HPV disparaît spontanément, sans symptômes.

Selon des estimations récentes, on soupçonne qu'environ 5% de tous les cancers devraient être attribués au HPV. Le cancer le plus connu associé au HPV est le cancer du col de l’utérus. D'autres cancers où le HPV peut jouer un rôle sont le cancer de l'anus, du vagin, du pénis, et donc de la bouche et de la gorge. Ce sont principalement les types 16 et 18 du HPV qui sont responsables du cancer. Ensemble, ils sont impliqués dans plus de 70% de tous les cancers du col utérin et dans plus de 90% de tous les cancers liés au HPV.

HPV et cancer de la gorge

Les études indiquent que 25 à 30% des cancers de l'oropharynx sont causés par le HPV. Leur incidence a augmenté ces dernières années, tant chez les hommes que chez les femmes. Le risque de cancer de la gorge lié au HPV est actuellement trois fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Le cancer de la gorge dû au HPV pourrait même dépasser le cancer du col utérin dans les dix à quinze prochaines années.

Qu'il y ait un lien entre le HPV et d'autres cancers de la bouche et de la gorge, comme le cancer du larynx et le cancer dans la partie inférieure du pharynx, n’est pas encore prouvé.

• Une infection par le HPV par voie orale ne signifie pas que l'on aura forcément un cancer. La recherche montre que seulement 2 femmes infectées sur 1000 et 7 hommes infectés sur 1000 développent un cancer de la bouche ou de la gorge. Le risque est donc relativement limité, même pour les hommes qui ont fréquemment des relations sexuelles orales.

• Si le HPV en est la cause, le cancer de la gorge survient généralement à un âge relativement jeune, soit moins de 60 ans.

• Malgré l'augmentation du nombre de cas de cancer de l'oropharynx par le HPV, l'abus d'alcool et le tabagisme en demeurent les principales causes dans notre pays. Le tabagisme augmente également le risque d'infection orale au HPV et de cancer de la bouche ou du cou en lien avec le HPV, en particulier chez les hommes.

• Le risque augmente lorsque les premiers contacts sexuels ont lieu à un jeune âge.

• Le nombre de partenaires sexuels influence aussi le risque d'infection à HPV et de cancer de la gorge. C'est particulièrement le cas chez les hommes.

• Les symptômes d'un cancer de la gorge dû au HPV se traduisent par des maux de gorge, des problèmes de déglutition ou des douleurs thoraciques en avalant.

• Les cancers de la gorge dus à l'infection par le HPV semblent plus faciles à traiter que les autres formes. Ceci s'expliquerait, en partie, par le fait que, globalement, ces patients regroupent moins de fumeurs et de consommateurs abusifs d'alcool, avec un mode de vie plus sain.

Comment peut-on être infecté par le HPV ?

Les types de HPV qui causent le cancer se transmettent d'une personne à l'autre par le biais des relations sexuelles (pénétration, sexe oral...). Ils ne se propagent pas par inhalation, poignée de main ou contact avec des objets domestiques tels qu'une poignée de porte.

Le préservatif est clairement recommandé. Cependant, il ne protège pas à 100% car le virus peut être transmis via les zones génitales non couvertes par le préservatif.

Il est important de noter que le fait d'avoir plus d'un partenaire sexuel augmente le risque d'infection à HPV. Mais il est également possible de contracter le virus en ayant un seul partenaire : vous avez peut-être été exposé des mois ou des années plus tôt, et l'infection peut avoir été en sommeil (« cachée ») entre-temps.

La vaccination contre le HPV

Il existe un vaccin qui protège contre la plupart des types de HPV cancérogènes. En Belgique, le Conseil supérieur de la santé recommande de vacciner les garçons et les filles dans les cas suivants.

• Toutes les filles et tous les garçons âgés de 9 à 14 ans avant d’être sexuellement actifs.

• Les jeunes hommes et femmes âgés de 15 à 26 ans qui n'ont pas encore été vaccinés. La fréquence des contacts sexuels et le nombre de partenaires augmente avec l'âge, et dès lors aussi le risque d'infection par un ou plusieurs types de HPV.

• Jusqu'à l'âge de 26 ans inclus, les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. Les homosexuels s'exposent à un risque plus élevé d'infection par HPV.

• Les patients avec une immunité affaiblie (transplantation, séropositivité...).


publié le : 30/09/2018 , mis à jour le 29/09/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci