Cœur, diabète, cancer : la pomme de terre est-elle saine ?

Dernière mise à jour: novembre 2018 | 4861 visites
123-hand-aardappel-170-7.jpg

news L’association entre la consommation de pommes de terre et le risque de développer certaines maladies a fait l’objet d’une série de recherches aux conclusions contrastées. Voici de nouvelles données.

Cette équipe allemande (German Institute of Human Nutrition) a croisé les résultats d’une trentaine d’études internationales réalisées sur le sujet, en tenant compte si possible des différents modes de préparation. Sauf indication contraire, les résultats ont été restitués pour une portion moyenne de 150 g/j. Quelles sont les données les plus marquantes ?

Pas de précision sur le mode de préparation. La consommation de pommes de terre n’est pas associée à la mortalité prématurée, aux maladies coronariennes ou à l’accident vasculaire cérébral (AVC). On note cependant une augmentation de 25% du risque de cancer colorectal en cas de consommation moyenne supérieure à 134 g/j.

Pommes de terre bouillies, au four ou en purée. Pas d’association avec le risque d’hypertension artérielle, et un lien « modeste » avec le diabète de type 2.

Frites. Leur consommation est associée à une augmentation « marquée » du risque de diabète de type 2 (+ 66%) et d’hypertension (+ 37%).

Le Dr Viviane de La Guéronnière (Journal international de médecine) poursuit : « Les chercheurs invitent à interpréter ces résultats avec prudence, car les pommes de terre sont souvent consommées (aux Etats-Unis notamment) avec d’autres aliments défavorables, comme la viande rouge et les boissons sucrées, qui ont pu influencer les résultats dans certaines études ».

Que conclure ? « La pomme de terre ne pose pas de problème majeur, sauf en ce qui concerne les frites, plus particulièrement associées au diabète et à l’hypertension (le sel ?). Ce légume ne doit pas être considéré comme défavorable à la santé, compte tenu de ses apports nutritionnels. Certaines préparations doivent cependant être consommées moins régulièrement. »

Source: European Journal of Nutrition (https://link.springer.com/j)
publié le : 26/11/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci