Vitamines et minéraux : les suppléments servent-ils à quelque chose ?

Dernière mise à jour: juillet 2018 | 4088 visites
123-pil-supplem-fruit-funct-food-viatm-12-16.jpg

news Nombreux sont ceux qui prennent des suppléments de vitamines et de minéraux dans l’espoir d’améliorer leur état de santé. Sauf carence, l’intérêt semble très limité.

Cette équipe canadienne (université de Toronto) a croisé les résultats des plus importantes études réalisées sur le sujet ces cinq dernières années. Le bilan est plus que mitigé.

Il s’avère en effet que les suppléments « multivitaminés », ou portant sur une vitamine (ou un groupe de vitamines) ou un minéral en particulier, ne présentent pas un grand intérêt dans la prévention de la maladie cardiovasculaire, de l’infarctus du myocarde, de l’accident vasculaire cérébral (AVC) ou du décès prématuré. On notera que les chercheurs n’observent pas non plus d’effet néfaste majeur. Seule exception : l’acide folique (vitamine B9), qui pourrait réduire le risque de maladie cérébro et cardiovasculaire.

Il est important de souligner que ce constat ne s’applique qu’aux personnes qui prennent des vitamines ou des minéraux alors qu’elles ne présentent pas de carence avérée : en cas de déficit, il est évident qu’un supplément peut être indiqué, sachant qu’il doit toujours être administré sous la supervision d’un médecin.

En fait, poursuivent les auteurs, une alimentation variée et équilibrée fournit tous les nutriments nécessaires, en mettant l’accent sur les grands pourvoyeurs aussi classiques qu’importants : les fruits et les légumes. On ajoutera enfin que la méta-analyse a porté spécifiquement sur la maladie cérébro et cardiovasculaire, et que les suppléments ponctuels de vitamines et de minéraux peuvent peut-être être ressentis comme positifs par certaines personnes dans d’autres circonstances (fatigue, par exemple).

Source: Journal of the American College of Cardiology (www.onlinejacc.org)
publié le : 20/07/2018 , mis à jour le 19/07/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci