ad

Pourquoi chantez-vous faux ?

Dernière mise à jour: mai 2012 | 5863 visites
mensen-zingen-blij-170_40_01.jpeg

news Des chercheurs canadiens ont voulu comprendre la raison pour laquelle une personne ne parvient pas à chanter juste. L’audition n’a pas grand-chose à voir là-dedans.

Les expériences ont été conduites par une équipe du Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (le Brams, situé à Montréal). Les résultats sont publiés dans le « Journal of Experimental Psychology ».

Ces travaux ont concerné des musiciens et des non musiciens, à qui il a été demandé – nous ne nous attarderons pas sur la méthodologie, très complexe – de reproduire à plusieurs reprises des sons, soit vocalement, soit à l’aide d’un synthétiseur ; et ensuite de… re-reproduire ces sons, toujours de ces deux manières, tout en « neutralisant » les facteurs perturbateurs.

Impossible de corriger le tir

Ce qui est surtout intéressant, ce sont les observations. Il apparaît, d’abord, que presque tous les participants « non musiciens » ont perçu correctement les sons. Ceci écarte donc les problèmes d’audition, de perception. Le souci réside dans la manière dont ils les ont reproduits. Lorsqu’on isole le groupe de ceux qui ont éprouvé de grosses difficultés, autrement dit ceux qui « chantent faux », trois catégories ont été identifiées.

D’abord, et assez logiquement, les personnes (très minoritaires) qui souffrent d’amusie ; et pour lesquelles, en raison d’une anomalie cérébrale, la musique n’a aucun sens et ne représente que du bruit sans intérêt. Il y a, aussi, celles qui présentent un problème de contrôle moteur de la voix (elles réussissent à reproduire le son juste avec le synthétiseur, mais pas oralement). Enfin, celles qui rencontrent – sans souci de contrôle moteur - les pires difficultés à traduire le timbre exact – la « couleur » - d’une note avec la voix. Et pour ces sujets, malgré la répétition des tentatives, impossible de corriger le tir.


publié le : 15/02/2012 , mis à jour le 15/05/2012
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci