Ampoules aux pieds : les éviter et les soigner

Dernière mise à jour: août 2015 | 28995 visites

dossier

Une ampoule survient à la suite d'un frottement répété. Les mains et les pieds constituent ses deux sièges de prédilection : doigts, pliure des doigts, paume de la main, arrière du pied, orteils, voûte plantaire... En raison d'une sollicitation excessive, l'épiderme s'irrite, devient douloureux, et on observe la présence de liquide entre les couches cutanées (la cloque).

Qu'en est-il spécifiquement des ampoules aux pieds ?

Les conseils de prévention

1° - Eviter de porter des chaussures trop serrées.

2° - Préférer les chaussettes en coton.

3° - Habituer progressivement le pied à une chaussure neuve, de sport ou de ville.

4° - Opter pour des chaussures avec un contrefort assez souple. Si la cambrure de la chaussure est trop rigide, l'assouplir en glissant une forme dans le soulier, en le bourrant de papier journal humidifié ou en l'aspergeant d'un spray assouplissant (pour le cuir).

5° - Choisir une chaussure adaptée au pied : si celui-ci est large, inutile d'essayer de le contraindre dans un modèle pointu.

6° - Les zones de prédilection des ampoules peuvent être protégées à l'aide de tape sportif, de sparadrap ou de pansements spécifiques.

7° - L'application de vaseline peut aider.

Une ampoule naissante ?

De fait, il convient d’intervenir très tôt, dès les premières rougeurs, dès les premières irritations.

1. Les pansements hydrocolloïdes. Appelés communément les secondes peaux en raison de leur finesse et de leur couleur. Très efficaces, ils peuvent être appliqués sur la zone à risque avant même que l’ampoule se soit totalement déclarée. Ils sont constitués de deux couches distinctes : une couche interne composée d’une substance capable d’absorber les exsudats ; et une couche externe composée d'un film de polyuréthane.

2. Les produits lubrifiants. De la vaseline ou une pommade grasse qui réduit le frottement. Attention à ne pas tâcher les chaussettes, le cuir de la chaussure ou le bas du pantalon. Des sticks anti-ampoules peuvent être utilisés sur les zones fragiles.

3. Les pansements en spray. Ils émettent un film protecteur invisible et non gras.

4. Les gels de silicone. Des dispositifs auto-adhésifs lavables à l’eau et au savon. Ils sont réutilisables et évitent le contact direct entre la peau et la chaussure.

5. Les gels de polymère. Ils renferment une huile minérale qui absorbe les frottements. Répartiteurs de pression, ils sont réutilisables après séchage. Ne pas oublier de les enduire de talc.

Une ampoule formée et non percée ?

Le frottement de l’épiderme provoque au fil du temps une séparation de la couche basale du reste de l’épiderme. L’espace ainsi libéré est rempli d'une sécrétion : la lymphe. Une ampoule est formée mais pas encore percée. On assiste à ce stade à une réaction de défense de l’épiderme, qui peut être assimilée à une brûlure au second degré.

Percer l'ampoule est généralement déconseillé en raison d'un risque d'infection.

Toutefois, si l’ampoule est très volumineuse et gênante, elle pourra être percée à l’aide d’une aiguille désinfectée avec de l’alcool à 70% ou passée à la flamme. Il conviendra ensuite de nettoyer soigneusement la plaie, d’appliquer un antiseptique et de poser une protection anti-frottement.

Même si la cloque n'est pas percée, la désinfecter régulièrement avec une solution antiseptique classique et garder les contours de l'ampoule au sec. Des applications de talc sont utiles contre les effets de la transpiration.

L’application d’un pansement hydrocolloïde s’avérera ici aussi très efficace. En principe, il peut rester en place plusieurs jours sans devoir être changé. Il sera renouvelé en cas de décollement, et jusqu'à une cicatrisation complète.

En cas d’activités sportives ou de marche intensive, un gel de silicone soulagera la douleur au point de frottement.

Une ampoule percée ?

La peau même lésée joue un rôle protecteur contre d’éventuelles infections.

Pour désinfecter la plaie, utilisez un antiseptique non alcoolisé. Il s'agira ensuite de refermer la peau sous-jacente sur la plaie. Cela facilitera la cicatrisation et réduira par la suite la douleur. Cette manipulation peut se révéler délicate et parfois très douloureuse. Si vous utilisez une pince à épiler, traitez-la minutieusement à l'alcool.

L’application d’un pansement hydrocolloïde est nécessaire. Il gonflera rapidement en présence de l’exsudat. La cicatrisation sera favorisée puisqu’un milieu chaud et humide sera maintenu en permanence. De plus, le pansement isolera la plaie des souillures et poussières extérieures tout en soulageant la douleur. Il permettra aussi d'éviter le frottement. A déconseiller en cas de plaies surinfectées.

Les diabétiques demanderont systématiquement l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. Certains pansements ou traitements pourraient leur être déconseillés.

Des gels de silicone sont préconisés le temps d’une activité sportive, par exemple.

A retenir

• Si la plaie s’infecte, si un liquide purulent s’en écoule, un médecin doit être consulté.

• Identifier précisément l'origine du problème permet ensuite de prendre les dispositions pour qu'il ne se reproduise plus.


publié le : 30/08/2012 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci