Crise cardiaque : l'effet du stress au boulot

Dernière mise à jour: décembre 2012 | 4002 visites
man-Depres-stress-comp-170_400_06.jpg

news Le stress professionnel intervient comme un facteur de risque d'infarctus du myocarde, mais se situe cependant loin derrière le tabagisme ou l’obésité.

Plusieurs études antérieures ont exploré l’association entre stress au boulot et accident coronaire. Toutes établissent le lien, mais l’ampleur du risque fluctue sensiblement entre les unes et les autres. Une équipe britannique (University College London) a entrepris de passer en revue une quinzaine de travaux réalisés sur le sujet en Europe, qu’ils aient ou non été publiés dans des journaux scientifiques, afin d’en synthétiser les résultats.

Les données prises en considération portent, au total, sur une population de quelque 200.000 personnes (autant de femmes que d’hommes). Des questionnaires spécifiques avaient permis de cerner les caractéristiques de l’environnement professionnel, de la fonction et de l'exposition au stress lié au boulot. Les accidents d’origine coronaire, singulièrement les cas d’infarctus, ont été examinés à la lumière des conditions de travail.
« Il existe bel et bien une association entre le stress professionnel et le risque de survenue d’un événement coronaire », indique le Dr Robert Haïat (JIM). Un risque accru de 23%, en fait, selon que l’activité professionnelle induise un stress (important) ou non. Toutefois, observe le Dr Haïat, « ce risque est bien inférieur à celui attribué au tabagisme, à l’obésité abdominale et à la sédentarité », des facteurs de risque cardiovasculaire classiques. En d’autres termes, « toutes les mesures préventives pour lutter contre le stress professionnel sont évidemment les bienvenues », mais cela n’enlève rien à la nécessité d’une « prise en charge drastique des facteurs de risque conventionnels ».

Un article sur le sujet a été publié dans la revue « The Lancet ».


publié le : 28/11/2012 , mis à jour le 04/12/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci