Que faire en cas de brûlure ?

Dernière mise à jour: août 2015 | 12152 visites

dossier En cas de brûlure, il est important d'agir rapidement et de poser les bons gestes. Cela permet souvent de limiter l'ampleur et la gravité de l'atteinte.

Comment identifier les différents degrés de brûlure de la peau ? Que faut-il faire et que faut-il éviter ?

L'eau : le premier réflexe

water-pijn-brandw-kraan-170_08.jpg
• La zone brûlée sera maintenue pendant au moins quinze minutes sous un léger filet d'eau (température de 15 à 18°C). Il ne faut pas appliquer des glaçons sur la peau touchée : cela risquerait de faire baisser trop brutalement la température corporelle, en particulier chez les enfants et les personnes (très) sérieusement brûlées. Si l'étendue de la brûlure le justifie, un bain d'eau froide peut être envisagé. Idem pour des compresses froides, qui seront constamment renouvelées.

• Pour limiter le risque d'infection :

- Brûlure du premier degré : désinfecter avec un antiseptique non alcoolisé et incolore. Appliquez ensuite une fine couche de pommade à base de sulfadiazine d'argent (Flammacerium, Flammazine, Sulfasil...). Recouvrez la plaie de gaze stérile.

- Brûlure du deuxième degré : ici aussi, une pommade à base de sulfadiazine d'argent et un pansement spécifique pour ce type de brûlure. Demandez conseil à un pharmacien ou à un médecin.

- Brûlure du troisième degré : prise en charge en milieu hospitalier.

• Il est important de ne pas enduire la zone brûlée avec un corps gras (beurre, huile, margarine...) : cela risquerait d'aggraver le blessure et de l'exposer aux infections.

• Les vêtements qui adhèrent à la peau ne doivent en aucun cas être retirés.

• Trois critères aident à déterminer la gravité de la brûlure :

1. Son degré
2. Son étendue
3. Sa localisation

Une brûlure grave exige une prise en charge médicale urgente et le transfert vers une unité spécialisée.

Le degré de brûlure

123-p-hand-brand-170-121.jpg
La brûlure du premier degré. Seul l'épiderme (la couche superficielle de la peau) est touché. La peau est rouge et douloureuse. Le coup de soleil (érythème solaire) s'inscrit dans ce contexte. Il n'y paraîtra plus après quelques jours. Il n'y a pas de formation de cicatrice.

La brûlure du deuxième degré. L'épiderme et le derme sont touchés, avec apparition d'une phlyctène (une ampoule, une cloque). La peau est de couleur rouge et blanche et douloureuse. La guérison prend plusieurs semaines et une cicatrice pourra subsister. Selon son étendue et la partie du corps affectée, une blessure du second degré sera qualifiée de modérée à grave.

La brûlure du troisième degré. Toutes les couches cutanées sont détruites. La peau présente un aspect sec, avec une teinte blanchâtre ou foncée et un risque important d'infection. Il n'y a pas de régénération possible : une greffe de peau est indispensable à la survie du blessé en cas de lésion étendue. Une atteinte des couches sous-cutanées (os, muscles) peut être qualifiée de brûlure du quatrième degré.

Seul un médecin est en mesure d'établir avec précision le degré de l'atteinte : au moindre doute, il faut consulter.

L'étendue de la brûlure

Par rapport à ce critère, et de manière empirique (qui n'a donc pas de valeur médicale formelle), on parlera d'atteinte sévère lorsqu'une brûlure du deuxième degré (avec cloques donc) s'étend sur une surface supérieure à la moitié de la paume de la main de la victime.

La localisation de la brûlure

Les brûlures du visage, des mains (face interne des poignets), dans les plis de la peau ou touchant les organes génitaux doivent être considérées comme graves quelle que soit leur étendue.

D'autres éléments doivent être pris en considération :

• l'âge de la victime ;
• la forme de la brûlure (il faut faire particulièrement attention en cas de brûlure circulaire, entourant un membre) ;
• l'agent causal (a priori, une brûlure électrique ou chimique doit être considérée comme grave).


publié le : 03/01/2013 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci