Don d'ovules : des motivations très différentes

Dernière mise à jour: octobre 2013 | 3182 visites
eicel-ivf-170_400_03.jpg

news Une vaste enquête européenne a cherché à mieux cerner le profil des donneuses d’ovocytes. Les motivations sont très variables.

Cette étude a été réalisée dans une soixantaine de cliniques de la fertilité, réparties dans onze pays européens. Quelque 1.500 donneuses ont été interrogées. Parmi les principaux enseignements, on relève que :

l’âge moyen s’établit à 27 ans (de 25,6 ans en Espagne à 31 ans en France)
• parmi les donneuses les plus jeunes (moins de 25 ans), la moitié citent l’altruisme comme la seule motivation à leur don, alors qu’elles sont 80% au-delà de 35 ans
les étudiantes (en particulier en Espagne, en Finlande et en République tchèque), les sans-emploi (Espagne, Ukraine, Grèce) et les célibataires (Espagne, Portugal, Grèce) représentent une proportion extrêmement importante des donneuses
• environ la moitié ont (au moins) un enfant

L’altruisme – a fortiori dans les pays où le don d’ovocyte n’est pas rémunéré – s’inscrit comme la motivation exclusive pour 46% de l’ensemble des donneuses considérées ici (avec les plus fortes proportions en France, en Finlande et en Belgique). Suivent l’altruisme et l’intérêt financier, puis l’intérêt financier seul (surtout en Grèce, en Russie et en Ukraine), l’altruisme et le parcours personnel, et enfin le parcours personnel seul.

Les montants reçus dans certains pays peuvent être « très incitatifs » pour les femmes en difficulté, soulignent les auteurs.

Source: Congrès de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (www.eshre.eu)
publié le : 25/10/2013 , mis à jour le 24/10/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci