ad

Personnes âgées : le poids doit rester stable

Dernière mise à jour: août 2015 | 4284 visites
123-ouder-koppel-eten-170-11.jpg

news Chez les aînés, un poids trop fluctuant expose à un risque accru de mortalité prématurée par rapport à ceux dont l’IMC reste stable.

« Afin de prévenir l’augmentation du risque de mortalité lié au poids, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de maintenir l’indice de masse corporelle entre 18,5 et 25, et ceci indépendamment de l’âge », explique le Dr Rodi Courie (Journal international de médecine). « Cependant, certaines études chez les personnes âgées semblent indiquer que celles de poids normal ont un risque de mortalité prématurée plus élevé que celles en surpoids ».

Un paradoxe sur lequel s’est penché une équipe suédoise, en examinant le risque de mortalité associé à l’IMC et à ses variations auprès d’une population d’un millier d’aînés âgés de 70 ans et plus. Les résultats montrent que par rapport aux sujets de poids normal ou maigres, le risque de mortalité prématurée est 20% inférieur en cas de surpoids (IMC entre 25 et 29) et identique chez les obèses, tout en tenant compte évidemment de l’âge et des comorbidités (les éventuels problèmes de santé).

Des recommandations trop restrictives


Par ailleurs, et ce point est encore plus significatif, le risque est beaucoup plus faible lorsque le poids est resté stable au fil du temps, en comparaison avec ceux qui en ont perdu ou gagné (dans des proportions suffisamment notables, évidemment). « Cette étude semble indiquer que les recommandations de l’OMS seraient trop restrictives chez les personnes âgées, qui doivent surtout veiller à stabiliser leur poids », commente le Dr Courie.

Concernant « le paradoxe du surpoids », les explications ne sont pas très claires et relèvent en fait d’hypothèses. « La graisse pourrait représenter une réserve d’énergie dans laquelle ces personnes peuvent puiser dans certaines circonstances de déséquilibre énergétique aigu. Cette même graisse peut réduire le risque de fracture et diminuer ainsi la mortalité qui lui est inhérente. D’autre part, la stabilité de l’IMC est considérée chez les personnes âgées comme un signe de santé, l’organisme ayant gardé la capacité à maintenir son homéostasie » (son équilibre de fonctionnement).

Source: Journal of the American Geriatrics Society (http://onlinelibrary.wiley.)
publié le : 14/11/2013 , mis à jour le 05/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci