Quand on boit de l’alcool, on mange plus gras

Dernière mise à jour: septembre 2013 | 6581 visites
123-p-feest-alcohol-170-12.jpg

news La consommation d’alcool modifie les comportements alimentaires, qui tendent davantage vers le gras.

Deux ou trois verres suffisent, indiquent les résultats de cette enquête américaine, qui a concerné quelque deux mille adultes d’âge moyen (à peu près autant d’hommes que de femmes).

L’originalité de l’approche réside dans le fait que l’apport calorique quotidien total et celui en différents aliments et nutriments ont été calculés selon que la personne buvait ou pas de l’alcool ce jour-là. Pas de grandes quantités d’ailleurs, puisqu’il s’agissait de consommateurs modérés.

Que disent les résultats ?


• Chez les hommes comme chez les femmes, le surplus calorique les jours « avec alcool » n’est pas beaucoup plus élevé que les jours « sans ». On constate une différence, c’est vrai, mais rien d’effrayant.
Chez les hommes, les jours « avec » s’accompagnent d’apports plus élevés en matières grasses, en sel, en viande, en pommes de terre, en huile…, au détriment des fruits et des produits laitiers.
Chez les femmes, les jours « avec » sont surtout caractérisés par davantage d’aliments riches en graisses et moins de produits laitiers.

L’explication tiendrait aux effets de l’alcool sur les circuits de la récompense, et le fait que le cerveau cherche alors à se faire encore davantage plaisir grâce à la nourriture (plus grasse). Dans le cadre d’une consommation faible et espacée dans le temps, cela ne pose pas d’énormes problèmes, mais la situation peut très vite se compliquer et le poids – pour ne citer que cet aspect - en souffrir alors lourdement.

Source: National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (www.niaaa.nih.gov) – The American Journal of Clinical Nutrition (http://ajcn.nutrition.org)
publié le : 27/09/2013 , mis à jour le 27/09/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci