Des pansements de peau pour soigner les ulcères

Dernière mise à jour: janvier 2014 | 3521 visites
a-labo-vrouw.jpg

news Des chercheurs canadiens ont mis au point un nouveau traitement contre les ulcères cutanés, soignés avec des substituts de peau cultivés en laboratoire.

Ces spécialistes de l’université Laval et du CHU de Québec ont procédé sur des ulcères chroniques aux jambes. Ces plaies peuvent être extrêmement difficiles à soigner et nombreux sont les patients qui en souffrent depuis des mois, voire des années. Le traitement usuel repose sur un nettoyage méthodique des plaies, la pose de pansements et le recours à certains médicaments d’application locale pour favoriser la cicatrisation. L’autogreffe peut être envisagée, mais par définition elle implique le prélèvement de peau sur d’autres parties du corps.

Des « feuillets » déposés sur les blessures


Une équipe du Laboratoire d’organogénèse expérimentale (Loex) a entrepris de tester l’efficacité de pansements cutanés ne contenant aucun biomatériau. Le procédé (complexe et exigeant) consiste à prélever 1 cm2 de peau du patient, à séparer les cellules, puis à les cultiver in vitro (« en éprouvette ») afin de fabriquer un substitut cutané composé de derme et d’épiderme. Après huit semaines de culture, ces « feuillets » sont déposés sur les ulcères et sont changés périodiquement si besoin.

Comme l’explique le Dr François Auger, directeur du Loex, « ce pansement biologique représente plus qu’une barrière physique. Ses cellules sécrètent des molécules qui accélèrent la cicatrisation. Il favorise le déclenchement de mécanismes naturels de guérison. Il s’agit du modèle le plus physiologique que l’on puisse imaginer ». Des essais ont été conduits sur un nombre restreint de patients et les résultats sont qualifiés de concluants. En moyenne, sept semaines ont été nécessaires pour venir à bout d’ulcères présents depuis de longues périodes.

Le Dr Auger indique que « c’est une intervention de dernier recours, lorsque toutes les autres options ont échoué ». Il envisage d’ores et déjà d’autres indications d’utilisation de cette technique, en particulier pour la prise en charge des grands brûlés.

Source: Advances in Skin & Wound Care (http://journals.lww.com/asw)
publié le : 14/01/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci