Cerveau : quelles différences entre hommes et femmes ?

Dernière mise à jour: octobre 2019 | 5568 visites
123-p-m-vr-koppel-170-5.jpg

news Certaines parties du cerveau sont plus développées chez les hommes par rapport aux femmes et inversement. Quelle signification peut-on accorder à ces différences ?

On sait depuis longtemps que le cerveau des hommes est plus volumineux, mais on a aussi observé – et c’est ce qui est déterminant – que cette taille réduite chez les femmes ne nuit pas à l’efficacité dans la mesure où elle est compensée par un nombre plus important de connexions cérébrales. En d’autres termes, il n’y a pas de lien entre le volume et la performance.

Ceci étant, s’interrogent ces chercheurs des universités de Cambridge et d’Oxford (Royaume-Uni), ces différences de volume peuvent-elles en partie expliquer la susceptibilité à certains troubles selon le sexe, en lien avec la structure cérébrale ? Ils ont réalisé une méta-analyse de quelque 120 études antérieures, dont ils ont croisé les résultats. Toutes reposaient sur l’observation (par IRM) des spécificités des cerveaux masculins et féminins.

Que peut-on retenir ?

• Le volume cérébral des hommes est en moyenne entre 8% et 13% supérieur à celui des femmes.

• Cette différence de volume varie en fonction de l’âge (la majorité des données recueillies lors de ces travaux portaient sur des adultes).

Chez l’homme, deux régions sont singulièrement plus développées : l’amygdale (considérée comme un système d’alerte, impliqué dans les réactions instinctives de survie) et l’hippocampe (mémoire et navigation spatiale, notamment).

Chez la femme, le cortex insulaire prend le dessus (émotion, conscience de soi, perception, langage…).

Les auteurs considèrent donc que ces particularités pourraient permettre de mieux comprendre les fragilités, selon les sexes, face à certains troubles.

Source: Neuroscience & Biobehavioral Reviews (www.journals.elsevier.com/n)
publié le : 15/05/2014 , mis à jour le 29/10/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci