Peut-on manger un aliment tombé à terre ?

Dernière mise à jour: mars 2019 | 14833 visites
123m-vr-eten-cookie.jpg

news Beaucoup la considèrent comme purement fantaisiste : pourtant, la règle des cinq secondes, le délai maximal pour pouvoir encore manger sans risque un aliment tombé à terre, reposerait sur un fond de vérité.

Cette règle stipule qu’il n’y a pas de problème (pour la santé) à consommer un aliment tombé au sol pour autant qu’il ait été ramassé endéans les cinq secondes, dans la mesure où les microbes n’ont alors pas eu le temps de le contaminer. Le Pr Anthony Hilton, microbiologiste à l’université Aston (Birmingham), a voulu en avoir le cœur net.

Il a procédé avec du pain grillé, des pâtes cuites, des biscuits et des bonbons gluants, lâchés sur trois types de surface : du tapis, du parquet et du carrelage. Les aliments ont été ramassés dans des délais compris entre 3 et 30 secondes et ensuite analysés à la recherche des bactéries qui avaient été transférées.

Que disent les principaux résultats ?

Le temps est un facteur « significatif » de contamination : à partir de cinq secondes, le risque de contamination augmente notablement.
La surface joue un rôle : curieusement d'ailleurs, la contamination est beaucoup moins rapide lorsque l’aliment tombe sur du tapis par rapport au parquet et au carrelage.

A partir de là ? D’abord, prévient le Pr Hilton, « le risque d’infection est avant tout lié au type de bactérie qui se trouve sur le sol et qui est passé dans la nourriture ». Ensuite, « cette étude accorde un certain crédit à la règle des cinq secondes, malgré le fait qu’elle soit qualifiée de mythe ». Enfin, « nous avons également réalisé un sondage qui montre que 87% des adultes ont déjà mangé au moins une fois un aliment tombé au sol et que la majorité des répondants – et en particulier les femmes – croient en la pertinence de cette règle des cinq secondes ».

Source: Aston University (www.aston.ac.uk)
publié le : 17/03/2019 , mis à jour le 20/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci