ad

Accouchement : la déprime du père

Dernière mise à jour: juillet 2014 | 5415 visites
123-p-vader-baby-kind-170-6.jpg

news La dépression post-natale affecte une proportion significative de mamans, mais les papas ne sont pas épargnés par la déprime.

Un sur dix serait concerné, indique cette étude de la Northwestern University (Chicago). Or, cela ne va pas sans conséquences pour eux, pour la vie de couple et pour le bien-être de l’enfant. Les chercheurs ont analysé des données concernant quelque dix mille pères âgés de 24 à 32 ans. Et ils constatent que les symptômes dépressifs post-natals affectent davantage les plus jeunes d’entre eux.

A quoi cela est-il dû ? Des hypothèses sont avancées : la fatigue, le manque de sommeil, les bouleversements du quotidien, la dépression - ou le baby blues - de la mère (qui favorise celle du père), des modifications hormonales paternelles pendant la grossesse de la compagne et après l’accouchement (baisse des niveaux de testostérone et augmentation des œstrogènes)…

Les auteurs insistent beaucoup sur la nécessaire détection de ces cas de dépression et l’indispensable accompagnement des papas, face à un trouble qui reste à la fois méconnu et peu évoqué par les pères. Cette situation peut être extrêmement nuisible, en particulier pour ce qui concerne la relation avec l’enfant (carence affective, risque de négligence, voire de comportement violent…), avec aussi des répercussions possibles sur le développement de sa personnalité et de ses capacités plus tard dans l’existence.

Source: Pediatrics (http://pediatrics.aappublic)
publié le : 05/07/2014 , mis à jour le 04/07/2014
ad
pub