Les mamans ne doivent pas vouloir en faire trop

Dernière mise à jour: septembre 2014 | 4891 visites
123-vr-depr-baby-stress-170-01.jpg

news Les mamans trop exigeantes vis-à-vis d’elles-mêmes sont plus à risque de dépression post-natale : il est important de prendre du recul.

Lever le pied et demander de l’aide si nécessaire, ce que ces mères ne font pas même en présence de symptômes dépressifs. En fait, elles ont une interprétation très stricte du rôle maternel et des responsabilités qui l'accompagnent, ainsi qu’un degré de confiance en soi très élevé et la conviction que les périodes de fatigue, d’abattement et de moral en berne sont non seulement normales mais parfaitement surmontables.

Une équipe américaine (université de Floride et du Michigan) s’est penchée de près sur le profil de ces mères. Plusieurs centaines de femmes ont été interrogées pendant leur (première) grossesse, afin d’évaluer ce que les spécialistes appellent le score de rigidité des croyances maternelles. Elles ont été revues périodiquement après l’accouchement.

Que constate-t-on ?

Que les mères qui avaient obtenu les scores de « rigidité » les plus élevés sont très exposées au risque de dépression post-natale. Ces mamans expriment une série de convictions bien arrêtées par rapport aux attentes de la société vis-à-vis des mères, en termes de confiance en elles-mêmes, en se comparant aux autres mères, en accordant une grande importance à la manière dont elles sont perçues dans ce rôle, en définissant des critères de distinction entre une « bonne » mère et une mère « idéale »… En somme, elles ambitionnent d’être des « mères parfaites » et veulent être perçues comme telles.

Le problème, c’est que les croyances ne résistent pas forcément aux réalités quotidiennes : les convictions se fissurent et risquent de s’écrouler, ouvrant alors la voie à la dépression. Les auteurs de ces recherches invitent ces femmes à prendre du recul, à lever le pied, à communiquer avec leur entourage, et le cas échéant à s’adresser à un professionnel lorsqu’elles sentent qu'elles commencent à vaciller. Après, il sera peut-être trop tard.

Source: Depression and Anxiety (http://onlinelibrary.wiley.=)
publié le : 01/10/2014 , mis à jour le 30/09/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci