Thé ou café : des modes de vie différents

Dernière mise à jour: novembre 2014 | 7679 visites
123-p-groep-vriend-praten-koffie-170-11.jpg

news Selon que l’on soit amateur de café ou qu’on préfère le thé, le profil de risque cardiovasculaire est différent, et ceci tient au mode de vie.

L’étude a été conduite par une équipe de l’Hôpital européen Georges Pompidou (Paris), auprès de quelque 130.000 personnes âgées de plus de 18 ans. Elles ont passé un bilan de santé et rempli un questionnaire concernant leur consommation de café ou de thé (aucune, une à quatre, ou plus de quatre tasses par jour). On insistera sur le fait qu'il s'agit de tendances générales. Que constate-t-on ?

Le café

• Les buveurs de café présentent une pression artérielle systolique un peu plus satisfaisante (le chiffre le plus élevé lors de la mesure) que les non-buveurs, mais une pression diastolique un peu mois favorable. « Un peu » dans les deux cas : les différences ne sont pas énormes.
• Les grands amateurs de café sont moins actifs physiquement.
• Et surtout, on constate une proportion beaucoup plus importante de fumeurs parmi les gros consommateurs de café : plus la consommation quotidienne augmente, plus le tabagisme est présent.

Le thé

• Le taux de tabagisme diminue au fur et à mesure que la consommation de thé augmente (tout le contraire du café, donc).
L’activité physique augmente parallèlement à la consommation de thé.
• On observe un effet bénéfique plus prononcé sur la pression artérielle qu’avec le café, sachant que les amateurs de thé présentent aussi des paramètres plus favorables en termes de glycémie, de cholestérol et d’indice de masse corporelle (IMC).

En fait, poursuivent les chercheurs, les consommateurs de thé affichent globalement un meilleur profil de risque cardiovasculaire par rapport au café. Ceci s’expliquerait par un mode de vie plus sain, et on pense en particulier au tabagisme, ce dernier point permettant aussi de comprendre (en partie du moins) pourquoi le thé est associé à une réduction du risque de décès prématuré d’origine non cardiovasculaire (cancer, en particulier).

Source: Société européenne de cardiologie (www.escardio.org/Pages/inde)
publié le : 14/11/2014 , mis à jour le 13/11/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci