Les bactéries comme mauvais souvenirs de voyage

Dernière mise à jour: septembre 2015 | 5840 visites
koppel-reis-luchthaven-9-14.jpg

news La moitié des voyageurs qui ont séjourné dans une région tropicale reviennent en étant porteurs de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Jusqu’à présent, on estimait que la proportion était de un sur cinq. Cette étude réalisée par une équipe de l’hôpital Bichat (Paris) montre qu’on était loin du compte. Comme l’explique Le Figaro, les chercheurs ont recruté des volontaires dans six centres de vaccination parisiens, et leur ont demandé de fournir un échantillon de selles avant leur départ vers une destination tropicale. De nouveaux prélèvements ont été effectués au retour, puis un, deux, trois, six et douze mois plus tard.

L’observation majeure montre que 50% des touristes « sains » avant leur départ sont rentrés porteurs d’entérobactéries multirésistantes, sources de troubles intestinaux. Les personnes les plus touchées sont celles qui ont séjourné en Asie (72%), suivies par l’Afrique subsaharienne (48%) et l’Amérique latine (31%). L’eau et la nourriture constituent les vecteurs de contamination privilégiés, sachant que la probabilité d’être infecté augmente avec le fait de séjourner hors d’un hôtel (ou d'un « club »), d’avoir souffert d’une diarrhée et d’avoir pris un antibiotique pendant le séjour.

Comme l’explique le coordinateur de ces recherches, « si notre tube digestif est sain, il élimine en quelques semaines la plupart des bactéries indésirables ». D’ailleurs, trois mois après le retour, seuls 5% des touristes étaient encore porteurs des bactéries résistantes. Et si ces germes ne sont pas forcément plus virulents, « ils ont la particularité de résister aux traitements antibiotiques, compliquant les possibilités de traitement en cas de besoin », indique Le Figaro. « Cela peut poser problème lorsque les gens souffrent d’une infection ou doivent subir une intervention chirurgicale ». Dans ces deux cas, il est important d’informer son médecin du récent séjour à l’étranger.

Quant à la prévention sur place, elle repose sur les recommandations d’hygiène classiques (eau en bouteille, aliments bien cuits, lavage des mains…), et si une diarrhée survient, ne recourir aux antibiotiques qu’en cas de stricte nécessité.

Voir aussi l'article : Diarrhée du voyageur : comment se soigner ?

Source: Clinical Infectious Diseases (http://cid.oxfordjournals.o)
publié le : 25/09/2015 , mis à jour le 24/09/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci