Travailler debout : des conséquences sérieuses

Dernière mise à jour: juin 2019 | 11483 visites
123-server-bar-restaurant-9-21.jpg

news La position assise prolongée est connue pour ses effets néfastes pour l’organisme. Le fait de rester debout trop longtemps ne va pas sans risques non plus.

Les mises en garde et les conseils (se lever de sa chaise à intervalles réguliers pour effectuer quelques pas…) sont bien connus pour ce qui concerne la position assise au travail. De très nombreuses études ont démontré les conséquences délétères de cette posture, tant pour la santé cardiovasculaire que métabolique (diabète…). La station debout a fait l’objet de moins d’attention.

Une équipe suisse (Ecole polytechnique fédérale de Zurich) a réalisé une expérience assez intéressante qui montre qu’ici aussi, les conséquences peuvent être sérieuses. Des volontaires (moins de 30 ans et plus de 50 ans) ont simulé une journée de travail debout, entrecoupée de pauses de cinq minutes pendant lesquelles ils pouvaient s’asseoir, et d’un déjeuner d’une demi-heure. La fatigue musculaire et articulaire a été quantifiée par la capacité de contraction des muscles et la stabilité posturale, complétées par une évaluation subjective de l’inconfort.

Soulager, étirer, assouplir


Le résultat met en évidence une fatigue importante après cinq heures en position debout ; fatigue qui, en raison de son accumulation jour après jour, risque de produire des effets (très) néfastes à long terme. Il est à noter que si l’inconfort auto-déclaré s’atténue considérablement après la demi-heure de pause déjeuner, les signes « objectifs » de fatigue sont toujours bien présents.

A partir de là, les auteurs considèrent que les activités professionnelles qui imposent la station debout prolongée sont susceptibles de contribuer au développement de troubles musculo-squelettiques, affectant en particulier les membres inférieurs et le dos. Ils ajoutent que si le fait de s’asseoir périodiquement peut être utile, il est surtout nécessaire de… marcher régulièrement, dans un environnement différent de celui du poste de travail, afin de soulager les structures musculaires trop sollicitées et d’en mobiliser d’autres. Les mouvements d’étirement et d’assouplissement sont aussi utiles, tout comme la pratique d’une activité physique stimulant en douceur l’ensemble des muscles (on pense notamment à la natation).

Source: Human Factors (http://hfs.sagepub.com)
publié le : 30/05/2019 , mis à jour le 04/06/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci