Myopie : l'aîné plus à risque que ses frères et sœurs

Dernière mise à jour: janvier 2016 | 4160 visites
meisje-bril-170_400_12.jpg

news La place dans la fratrie jouerait un rôle (modeste mais réel) dans le risque de développer une myopie. Hypothèse : la pression éducative parentale.

Une précédente analyse, réalisée sur une population d’adultes britanniques, avait montré que l’aîné d’une fratrie s’exposait à un risque supérieur de 10%, par rapport aux autres enfants de la famille, de présenter une myopie. La question consiste évidemment à comprendre l’origine de ce sur-risque, qui n’est pas énorme mais néanmoins tangible. Cette équipe de l’université de Cardiff (pays de Galles) est remontée dans le temps et a examiné le parcours éducatif de tous ces frères et sœurs (environ cent mille).

L’analyse des données montre que – globalement ! -, les aînés doivent supporter une plus forte pression parentale en matière éducative, et singulièrement scolaire, avec une contrainte à poursuivre les études plus longtemps, alors que l’on observe un relâchement, sur ce plan, pour les enfants suivants. L’hypothèse est assez surprenante, et renvoie au fait, comme l’ont montré d’autres études, que plus le parcours scolaire est long et contraignant, plus le risque de myopie augmente. Un sur-risque donc, qui viendrait se greffer sur la composante génétique et d’autres facteurs, comme une exposition insuffisante à la lumière naturelle (sur ce point, une passerelle peut d’ailleurs être établie avec les études).

Source: JAMA Ophtalmology (http://archopht.jamanetwork)
publié le : 07/01/2016 , mis à jour le 06/01/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci