Arrêter de fumer = boire moins d’alcool ?

Dernière mise à jour: octobre 2016 | 8805 visites
123-alcohol-roken-9-26.jpg

news Le sevrage tabagique incite les fumeurs à réduire spontanément leur consommation d’alcool : ils gagnent sur les deux tableaux.

Bien sûr, on peut boire trop d’alcool sans être fumeur, ou fumer sans abuser de l’alcool. Toutefois, de nombreuses études ont montré que ces deux comportements sont associés dans « une relation étroite et complexe », comme l’explique cette équipe britannique regroupant plusieurs universités. Dans cet ordre d’idées, tenter d’arrêter de fumer tout en continuant à boire de l’alcool complique encore davantage le sevrage, puisque sous l’influence de l’alcool, la personne se maîtrise moins. De fait, étant donné les conséquences pour la santé du tabac et de l’abus de boissons alcoolisées, intervenir sur ces facteurs de risque est plus que salutaire.

Les chercheurs britanniques se sont penchés sur un groupe de quelque 6.000 fumeurs, certains ayant tenté d’arrêter, d’autres pas, les uns étant de gros buveurs d’alcool, les autres se montrant plus raisonnables. Question : lors d’une tentative de sevrage tabagique, consomme-t-on spontanément moins d’alcool, ou en tout cas s’efforce-t-on d’en boire moins ? La réponse est positive. Lors de l’arrêt de la cigarette, les spécialistes constatent une réduction « significative » et spontanée de la consommation d’alcool (quantité par semaine, ainsi que moins d’épisodes d’abus massif sur quelques heures, le « binge drinking »), alors que les candidats ex-fumeurs affirment qu’ils essaieront à l’avenir de maintenir une consommation raisonnable d’alcool.

Le souci de cette étude, c’est qu’elle concerne des fumeurs qui ont entrepris leur sevrage tabagique récemment (dans la semaine ou les quelques semaines précédentes). La motivation à arrêter de fumer, à adopter un mode de vie plus sain, rejaillit sur la consommation d’alcool. Mais on sait combien il est difficile pour un fumeur de tenir la distance, et de stopper complètement et définitivement la cigarette. En cas de rechute, qu’en est-il de l’alcool, pour ceux qui avaient réussi à en boire moins ? L'étude n’a pas exploré cet aspect. Ce qu’on retiendra comme enseignement global : en arrêtant de fumer, on a tendance à boire moins, et en buvant moins, on a plus de chances de ne plus recommencer à fumer.

Source: BMC Public Health (www.biomedcentral.com/bmcpu)
publié le : 08/10/2016 , mis à jour le 07/10/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci