Pilule contraceptive : les réponses aux 5 questions que vous vous posez

Dernière mise à jour: septembre 2016 | 7414 visites
123-pil-buik-5-12.jpg

news Aujourd’hui, la pilule demeure le moyen de contraception le plus utilisé. Près de 67% des femmes belges l’utilisent. Mais la pilule n’est pas seulement un moyen de prévenir une grossesse. La science progresse à grands pas dans le domaine de la contraception. Les femmes peuvent désormais gérer leur fertilité, espacer leurs périodes de règles, mieux contrôler leurs saignements et ainsi améliorer leur confort.

En Europe, 58 à 61% des femmes souhaitent limiter leurs saignements. Cette tendance s’affirme encore plus en Belgique, où 79% des femmes souhaitent mieux contrôler leurs règles et limiter leurs saignements : 60% des femmes préféreraient saigner moins de 12 fois par an, 49% préféreraient ne pas avoir de menstruations du tout et 34% préféreraient saigner une fois tous les 3 mois seulement. Pourtant, les idées reçues autour de la contraception orale persistent dans l’esprit des femmes belges. Infertilité, diminution de la libido, problèmes de poids, sautes d’humeur, prise continue de la pilule, hormones, efficacité…

Face à une série d'idées reçues, trois professionnels de la santé – le Dr Pascal Jadoul, gynécologue, le Dr Françoise Body, médecin généraliste, et Florette La Placa, sexologue et psychologue – répondent aux 5 grandes questions posées par plus de 2.800 femmes belges lors d'un récent sondage à propos de la contraception orale.

1° - La pilule et sa prise continue présentent-elles des risques pour la santé ?

Pour la plupart des femmes, la pilule présente des risques pour la santé et sa prise en continu augmenterait ces risques. Or, ces idées répandues au fil du temps sont fausses. « D’un point de vue médical, prendre la pilule de façon continue ne présente aucun risque supplémentaire par rapport à une prise classique selon l’état des recherches actuelles. Le seul risque que vous pouvez avoir, ce sont quelques pertes de sang de temps en temps », affirme le Dr Pascal Jadoul, gynécologue et chef de clinique associé au service de gynécologie et andrologie des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Une étude récente montre que la contraception orale entraîne une réduction de risques allant de 3 à 12% pour certains cancers. De plus, les femmes sous pilule ont des règles moins douloureuses et moins abondantes.

La pilule combinée, également appelée la pilule oestroprogestative, comprend un « cycle » de quatre semaines : trois semaines de prise de pilule et une semaine prévue pour les règles. Pour 46% des femmes, avoir ses règles a un aspect rassurant mais pour d’autres, elles diminuent leur confort. De plus, 54% des femmes belges entre 20 et 30 ans souhaiteraient limiter leurs saignements. La semaine des règles est uniquement prévue pour mimer le cycle menstruel. Une femme qui prend la pilule n’ovule pas et son cycle est en sommeil. Les règles pendant la semaine d’interruption sont simplement provoquées « artificiellement » par l’arrêt de la pilule pendant une semaine. « C'est pour ces raisons que les règles ne sont pas une nécessité absolue et que la semaine d’interruption n’est pas indispensable », explique le Dr Françoise Body, médecin généraliste. À partir du moment où une femme prend la pilule, il n’y a pas de cycle et donc pas d’ovulation. Si une femme désire prendre la pilule de manière continue pour ne pas avoir ses règles, c’est possible. « Enchaîner les plaquettes augmente un peu l’efficacité de la pilule et diminue les risques d’oubli car la principale cause de grossesse sous pilule est l’oubli d’un comprimé », précise le Dr Jadoul.

2° - En cas d’oubli de la prise de pilule, y a-t-il un risque de grossesse ?

La pilule est un des moyens de contraception les plus sûrs. Néanmoins, les risques de grossesse existent lorsqu’il y a un oubli. Nombreuses sont les femmes qui se demandent quand elles courent le plus grand risque de grossesse. « En cas d’oubli, la première et la dernière semaine de la plaquette sont les périodes les plus critiques. Il est évidemment important de prendre la pilule tous les jours correctement. S’il y a un oubli durant ces périodes, il est fortement conseillé d’utiliser le préservatif lors des 7 jours suivant l’oubli tout en continuant la plaquette », rappelle la sexologue et psychologue Florette La Placa. De plus, durant la semaine de règles où la pilule n’est pas prise, il n’y a aucun risque de grossesse si la pilule a été prise correctement pendant les 3 semaines précédentes.

3° - L’efficacité de la pilule diminue-t-elle si celle-ci est prise à des moments différents ?

Médecins et gynécologues conseillent souvent de prendre la pilule au même moment car cela minimise les risques d’oubli et permet de développer des réflexes pour une certaine continuité dans la prise de la pilule. Cependant, l’efficacité de la pilule ne diminue pas si celle-ci est prise à des moments différents de la journée. « Pour autant qu’elle soit prise dans les 36 h après le dernier comprimé, c’est-à-dire avec 12 h de retard, il n’y a aucun risque de grossesse », précise Florette La Placa.

4° - La pilule est-elle efficace dès le premier jour ?

Les questions sur l’efficacité de la pilule et les conséquences qu’elle peut avoir sur la fertilité reviennent souvent parmi les femmes belges. Certains doutes persistent sur son efficacité, mais la pilule est efficace immédiatement si elle est prise pour la première fois pendant les premiers jours des règles. Si la prise débute à un autre moment, elle est efficace après 7 jours. Sur le long terme, si elle est prise régulièrement et qu’il n’y a pas d’oubli, l’efficacité de la pilule n’est pas remise en cause. « Si une femme décide d’arrêter la pilule, elle sera fertile dès l’arrêt de la pilule mais cela ne veut pas dire qu’elle va tomber enceinte tout de suite, cela peut prendre un peu de temps. Cependant, avoir pris la pilule depuis très longtemps ne joue pas sur la fertilité », précise le Dr Body.

5° - Quelle pilule choisir : pilule combinée, micro-dosée ou trimestrielle ?

Aujourd’hui, plusieurs moyens de contraception orale limitant les saignements sont disponibles sur le marché. La pilule combinée, qui contient deux types d’hormones (l’œstrogène et le progestatif), est la pilule la plus fréquemment utilisée en Belgique. Selon une enquête, 39% des femmes utilisent ce moyen de contraception orale. Bien qu’elle ne soit pas commercialisée de cette manière, cette pilule peut se prendre en continu, à court ou à long terme, pour éviter d’avoir des règles. Le seul risque avec la pilule combinée est d’avoir quelques saignements imprévus en cours de plaquette. La pilule micro-dosée ne contient que de la progestérone, elle se prend sans interruption et ne provoque pas de règles. « Cette pilule est la plus appropriée pour les femmes qui viennent d’accoucher, celles qui allaitent, les fumeuses et les autres femmes à risque cardiovasculaire, car il n’y a pas de risques de thrombose », explique le Dr Jadoul.

Le troisième moyen de contraception orale est la pilule trimestrielle. Cette pilule existe depuis peu sur le marché. Elle se prend pendant trois mois d’affilée, et après ces trois mois, une semaine de menstruation est prévue. Au total, la femme a ses menstruations seulement quatre fois par an. Cette pilule ne provoque pas plus de saignements impromptus en cours de plaquette que la pilule mensuelle. Ces saignements intermittents diminuent par ailleurs considérablement dès le 2ème cycle de 3 mois.


publié le : 28/09/2016 , mis à jour le 27/09/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci