Uriner la nuit : mangez-vous trop de sel ?

Dernière mise à jour: mai 2017 | 11934 visites
123m-voeding-zout-15-5.jpg

news La nycturie concerne une proportion importante de la population, en particulier parmi les seniors. Le fait de réduire sa consommation de sel pourrait s’avérer très utile contre le besoin d'uriner la nuit.

La nycturie est définie comme le besoin impérieux et répété d’uriner plusieurs fois par nuit, avec des répercussions évidentes sur le sommeil, le bien-être et la qualité de vie. Une équipe japonaise (université de Nagasaki) a exploré une piste jusqu’ici peu étudiée : le sel. Elle a demandé à plusieurs centaines de seniors souffrant de nycturie de faire un effort pour réduire leur consommation quotidienne de sel, et ceci sur une période de trois mois. Certains y sont parvenus, d’autres pas.

Que constate-t-on ?


Environ les deux tiers des participants ont réussi à baisser leur consommation quotidienne de sel (de 10,7 g à 8 g en moyenne), ce qui s’est traduit - toujours en moyenne - par une réduction de la fréquence du besoin d’uriner la nuit de 2,3 fois à 1,4 fois. Chez ceux dont la consommation de sel a augmenté (9,6 g à 11 g), les mictions nocturnes sont passées de 2,3 fois à 2,7 fois. Les chercheurs ont également constaté un effet bénéfique de la baisse de la consommation de sel sur le besoin d’uriner en journée.

Comme l’explique l’un des auteurs, « il s’agit de la première étude à démontrer un lien aussi net entre la consommation de sel et le besoin d’uriner la nuit, et des études de plus large envergure sont nécessaires pour confirmer cette association. Ceci étant, ce travail soutient la possibilité qu’une simple adaptation diététique puisse se traduire par une amélioration importante de la qualité de vie des personnes souffrant de nycturie ». Jusqu’ici, l’attention s’est essentiellement focalisée sur les apports liquides, alors que sel n’était pas vraiment pris en considération. Cette étude tend à démontrer qu'une intervention sur ce paramètre peut présenter un réel intérêt.

Source: BMJ (www.bmj.com/thebmj)
publié le : 01/06/2017 , mis à jour le 31/05/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci