Diabète : la protection des produits laitiers

Dernière mise à jour: janvier 2019 | 4820 visites
voed-melk-kaas-zuivel-170_400_07.jpg

news La consommation régulière de produits laitiers (lait, fromage, yaourt) exercerait un effet protecteur significatif contre le risque de développer un diabète.

Cette équipe anglaise (université de Cambridge) a procédé à une méta-analyse, c’est-à-dire au croisement de données issues d’études antérieures, en l’occurrence seize, réalisées dans douze pays (Etats-Unis, Europe et Asie), et regroupant au total quelque 64.000 adultes exempts de diabète au départ. Ces travaux ont examiné le lien entre la consommation habituelle de produits laitiers et la survenue d’un diabète de type 2 (DT2).

L’analyse a porté sur un point particulier, puisqu’elle a retenu comme critère le taux d’acides gras (graisses) spécifiques aux produits laitiers, biomarqueurs (sang, tissu adipeux…) de la consommation de ces aliments. Après prise en compte d’une série d’autres paramètres (âge, sexe, IMC, tour de taille…), il s’avère que les personnes qui présentent le taux le plus élevé de ces biomarqueurs s’exposent à un risque réduit de 30% de développer un diabète, par rapport à celles avec le taux le plus faible.

Les auteurs indiquent que dans ce contexte, l’analyse des biomarqueurs présente à la fois des avantages et des limites, et qu’elle ne permet pas de distinguer la source des acides gras laitiers (fromage, yaourt, lait… ?). Ceci étant, expliquent-ils encore, leur vaste méta-analyse tend à indiquer que les produits laitiers sont associés à un risque moindre de diabète, et que sur ce plan en tout cas, il faut s’interroger sur la pertinence de certaines recommandations nutritionnelles tendant vers la promotion de l’allégé. On ajoutera que ceci ne revient pas à accorder le feu vert à la consommation sans modération de ces aliments : tout est dans la mesure.

Source: PLoS Medicine (https://journals.plos.org/p)
publié le : 24/01/2019 , mis à jour le 22/01/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci