Risque cardiaque : et si vous souleviez des poids ?

Dernière mise à jour: février 2019 | 4332 visites
123-fitness-spieren-dumbbells-11-7.jpg

news Le fait de soulever des poids pendant quelques minutes, quelques fois par semaine, contribue à prévenir le risque cérébro (AVC) et cardiovasculaire (infarctus). Une méthode simple, à la portée de tous.

L’idée n’est pas de s’escrimer à soulever de la fonte pendant de longues séances épuisantes. N’importe quel objet relativement lourd peut faire l’affaire. Bien entendu, procéder avec des haltères (l’investissement n’est pas très élevé) constitue la méthode la plus pratique.

Une équipe chinoise (East China Normal University) a suivi quelque 13.000 adultes (âge moyen : 47 ans) pendant une dizaine d’années, en s’intéressant à leur degré d’activité physique, et en particulier aux exercices de résistance, dont les poids. Ces données ont été croisées avec les cas d’événement cérébro et cardiovasculaire.

Le résultat montre d’abord que les exercices avec des poids réduisent de manière « significative » le risque d’AVC et d’infarctus (notamment), indépendamment du degré d’activité physique aérobique (marche, natation, jogging, vélo…). Ensuite, il n’en faut pas énormément : le rythme idéal est de une à trois séances par semaine, pour un total cumulé d’une heure. On ajoutera qu’un bienfait est déjà observé avec une durée plus courte. La réduction du risque ne s’accentue pas avec plus d’une heure par semaine ou plus de trois séances. Le bienfait renvoie à la capacité musculaire, au métabolisme et au poids (mieux maîtrisé).

Sur le plan pratique, que peut-on suggérer ? La recommandation classique fait état d’au moins 150 minutes d’activité physique modérée à intense par semaine, réparties en cinq séances d’une demi-heure. Ceci pourrait se traduire par deux séances de poids, et trois séances de marche à bon rythme, avec alors un bénéfice particulièrement appréciable. Mais chacun adaptera en fonction de ses capacités physiques : deux séances de poids d’un quart d’heure chacune, et un peu plus de marche ou de vélo, par exemple. Le message important, c’est d’essayer d’intégrer des exercices de résistance (les poids étant les plus accessibles pour le plus grand nombre) dans sa pratique physique.

Source: Medicine & Science in Sports & Exercice (www.acsm.org/read-research/)
publié le : 20/02/2019 , mis à jour le 19/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci