Que faut-il manger pour la santé de son cerveau ?

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 6167 visites
123-fruits-groenten-eten-12-5.jpg

news L’alimentation peut contribuer à maintenir des bonnes capacités cérébrales : que faut-il manger pour garder son cerveau en forme ?

Une équipe irlandaise (université Queen’s) a analysé les résultats du suivi, pendant une trentaine d’années, de quelque 3000 personnes âgées de 25 ans à l’entame. Leurs habitudes alimentaires ont été relevées à intervalles périodiques, alors que des tests cognitifs ont été réalisés au début, puis aux âges de 50 et de 55 ans. Une série de facteurs ont été pris en compte : statut socio-économique, tabac, activité physique…

Le résultat montre qu’une bonne adhésion aux préceptes du régime méditerranéen (crétois) exerce l’influence la plus bénéfique sur les fonctions cognitives, et en particulier la capacité de réflexion et la mémoire. Ce régime alimentaire privilégie les apports abondants en fruits et en légumes (dont les légumineuses et les grains entiers), la consommation faible à modérée d’alcool (vin rouge), des produits laitiers et du poisson en quantité raisonnable, la limitation stricte de viande rouge et transformée, ou encore l’huile d’olive comme matière grasse principale.

Le fait d’adhérer tôt dans la vie à ce type d’alimentation produit des effets sur le très long terme, pour autant évidemment qu’on en respecte les principes au fil du temps. Les chercheurs estiment ainsi que le régime méditerranéen réduit de près de moitié le risque de déclin notable des facultés cognitives. Ils ajoutent : « Alors que nous ne savons pas encore quel est le modèle alimentaire idéal pour la santé du cerveau, on peut dire que la modification des habitudes vers un comportement nutritionnel plus sain est un moyen simple et efficace de réduire le risque de développer avec l’âge des troubles de la réflexion et de la mémoire ».

Source: Neurology (https://n.neurology.org)
publié le : 04/07/2019 , mis à jour le 03/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci