Chimiothérapie : attention au pamplemousse

Dernière mise à jour: août 2019 | 4557 visites
123-pompelmoes-sap-fruitsap-170_11.jpg

news Lors d'une chimiothérapie, on peut manger des agrumes et en boire le jus sans problème : orange, mandarine, citron... Il existe cependant une exception : le pamplemousse et ses dérivés. Pourquoi ?

Diverses études ont montré que ce fruit contient des substances qui empêchent le corps de décomposer correctement les médicaments utilisés lors de la chimiothérapie, ce qui peut conduire à une aggravation des effets secondaires (cette réaction est variable selon les personnes). Cette action débute environ 4 heures après avoir bu un verre de jus de pamplemousse et son effet dure en moyenne 24 heures. Ceci signifie qu'il est sage de ne pas manger ou boire de pamplemousse au moins 24 heures avant la chimiothérapie, ni après le traitement.

Pomelo, ugli, minneola, tangelo et orange amère (également appelée orange de Séville) sont des croisements de pamplemousse avec un agrume différent. Il est donc déconseillé d'en consommer en cas de chimiothérapie.

L'effet du pamplemousse ne concerne pas uniquement la chimiothérapie. Le pamplemousse et les croisements de pamplemousse réagissent avec de nombreux médicaments. Par conséquent, demandez toujours à votre médecin si vous êtes autorisé à manger et à boire du pamplemousse et des croisements de pamplemousse avec ce qu’il vous prescrit, ou lisez attentivement la notice.


publié le : 27/08/2019 , mis à jour le 27/08/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci