Pollution de l’air : la protection des oméga-3

Dernière mise à jour: novembre 2019 | 3478 visites
123m-auto-straat-22-10-19.jpg

news Une supplémentation en oméga-3 exerce un effet bénéfique contre les altérations causées par l’inhalation de particules fines, éléments majeurs de la pollution atmosphérique.

Un taux élevé de particules fines et ultrafines constitue un facteur de risque bien établi de maladie cardiovasculaire, d’atteinte de la fonction pulmonaire et de cancer. Une équipe chinoise (université Fudan) a testé l’effet protecteur des oméga-3 face à la menace cardiovasculaire. Elle a réuni un groupe de jeunes adultes pour participer à une expérience étalée sur cinq mois. Les participants ont été scindés en deux groupes.

• 1°) supplémentation quotidienne de 2,5 g d’huile de poisson (riche en oméga-3)
• 2°) administration d’un placebo (aucune substances active)

Les volontaires habitaient tous à Shanghai et les concentrations de particules fines étaient mesurées en temps réel. Lors de deux derniers mois, quatre examens médicaux ont permis d’évaluer la pression artérielle, ainsi que 18 biomarqueurs, marqueurs de l’inflammation systémique (générale), de la coagulation, de la fonction endothéliale (couche interne des vaisseaux sanguins), du stress oxydatif, de l’activité antioxydante, du métabolisme cardiaque et de la réponse neuroendocrine au stress (sécrétion d’hormones en réaction aux messages du système nerveux).

Ainsi que l’explique le Dr Philippe Haïat (Journal international de médecine), « il a été observé un effet bénéfique d’une supplémentation en huile de poisson sur cinq biomarqueurs, qui concernaient l’inflammation, la coagulation, la fonction endothéliale, le stress oxydatif et la réponse neuroendocrine au stress ». Et donc, « cette étude montre que la supplémentation en oméga-3 présente un effet bénéfique infraclinique, à court terme, chez des personnes exposées à l’inhalation de particules fines atmosphériques ».

On rappellera que les bonnes sources d’oméga-3 sont en particulier les poissons gras (sardine, thon, hareng, saumon…), et leurs huiles, ainsi que les noix (et les fruits à coque de manière générale), le lin ou le colza.

Voir aussi l'article : Hypertension : la pollution, une menace majeure

Source: Journal of the American College of Cardiology (www.onlinejacc.org)
publié le : 07/11/2019 , mis à jour le 06/11/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci