ad

Covid-19 : 5 questions sur les variants britannique et sud-africain

Dernière mise à jour: janvier 2021 | 1213 visites
corona.jpg

news Apparus en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, les variants du coronavirus Sars-CoV-2 suscitent de réelles inquiétudes concernant l’évolution de la pandémie de Covid-19. En cinq questions, que faut-il savoir sur l’effet de ces mutations du virus ?

Les mutations virales ne sont certainement pas un phénomène exceptionnel, que du contraire. Dans l’immense majorité des cas, cela ne prête pas à conséquence : le virus ne devient pas plus dangereux. Parfois, cependant, ces mutations se traduisent par un renforcement notable du virus, que ce soit en termes de transmissibilité ou de dangerosité.

Quelles mutations ?

Qu’il s’agisse du variant britannique ou sud-africain, les mutations semblent avoir favorisé la capacité du virus à s’attacher aux cellules, ce qui lui permet de s’y introduire et donc de les infecter plus facilement. Mais ce n’est pas tout : ces variants semblent aussi plus contagieux. Depuis leur identification en octobre - novembre, ces souches mutantes, en particulier le variant britannique, ont été identifiées un peu partout sur la planète.

Quelle contagiosité ?

Ces variants sont beaucoup plus facilement transmissibles que le virus Sars-CoV-2 « classique » : les rapports les plus récents font état d’une contagiosité supérieure de 50 à 75% pour le variant britannique.

On dispose de moins d’informations concernant le variant sud-africain, mais sa transmissibilité serait elle aussi bien supérieure. Les données épidémiologiques montrent qu'il gagne très rapidement du terrain en Afrique du Sud, où il représente aujourd'hui 60 à 75% des cas de Covid-19, contre 20% voici peu de temps encore.

Par ailleurs, concernant toujours le variant sud-africain, il semblerait qu'il présente aussi un risque plus élevé de réinfection.

Quel est le gros problème ?

Il est évident : plus le virus peut se propager facilement et largement, plus il est susceptible de commettre des dégâts. On ignore s’il est réellement plus dangereux, en termes de mortalité, que le Sars-CoV-2 « basique ». Quoi qu’il en soit, sa contagiosité pose en elle-même un problème majeur : si beaucoup plus de personnes sont infectées, beaucoup plus risquent de souffrir de complications potentiellement mortelles. Et un autre élément intervient : ces variants semblent provoquer davantage d’infections chez les jeunes, enfants et adolescents.

Et le vaccin ?

En l’état des connaissances, ces mutations ne paraissent pas remettre en cause l’efficacité des vaccins actuellement disponibles. Il faut néanmoins rester vigilants, et suivre de près la situation des personnes vaccinées.

Que peut-on faire ?

Puisque ces variants sont plus contagieux, les mesures de prévention doivent être maintenues, voire renforcées (port du masque, distanciation physique, lavage des mains, contacts limités, aération des pièces...). Les autorités de santé ont pour mission de traquer ces variants et de prendre toutes les dispositions nécessaires pour en circonscrire l’expansion.

Voir aussi l'article : Coronavirus et Covid-19 : les réponses à vos questions

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub