ad

Les hommes ont-ils plus de désir sexuel que les femmes ?

Dernière mise à jour: avril 2021 | 1702 visites

dossier Le sexe est l’un des sujets dont on parle le plus… et le moins. Tout le monde a son avis sur la question, mais quand il s’agit de partager de manière approfondie, la communication devient lacunaire ou superficielle. Les informations erronées et les attentes irréalistes sont à la base de nombreux problèmes relationnels et sexuels. Personne n'aime s’avouer que sa vie n'est pas toujours exaltante sur ce plan. Pourtant, nous nous débattons tous et toutes avec les mêmes questions et il vaut mieux aborder le sujet de manière claire et honnête.

Nous en avons discuté avec la thérapeute relationnelle et sexologue Vanessa Muyldermans.

Allons droit au but : un homme ressent-il plus de désir sexuel qu'une femme ?

« Le corps d'un homme est différent de celui d'une femme. Quelle que soit l'évolution de notre société, cette différence demeure. Nous n'avons pas le même corps et nous n'avons pas les mêmes (quantités d’) hormones (*). Il est donc tout à fait logique que les hommes et les femmes vivent différemment quelque chose d'aussi physique que le sexe et qu’ils aient des approches différentes. »

Pourtant, beaucoup d'hommes et de femmes s'attendent à ce qu'une femme ait autant « d'appétit » qu'un homme.

« En effet, et de préférence les deux en même temps. Mais à quel point est-ce réaliste dans notre vie souvent trépidante ? Ce que je rencontre fréquemment dans ma pratique, c'est que monsieur a trop d'enthousiasme et madame trop peu. Plus monsieur fait de son mieux, plus le désir sexuel de madame semble diminuer. C’est tout à fait normal. Mais pour le comprendre, nous devons considérer les différences entre les hommes et les femmes au fil de l'existence. Si vous deviez tracer le désir sexuel d'un homme sur un graphique, vous obtiendriez une ligne plus ou moins stable à partir du moment où il devient sexuellement actif jusqu'à l'âge de 60 - 65 ans. Chez une femme, ce graphique semble beaucoup plus erratique, avec des pics et des creux. Le désir sexuel d'une femme est plus réactif et il peut être influencé par de nombreux autres facteurs comme les différentes étapes de sa vie et les événements qui les ponctuent.

« Selon la théorie de la « plasticité érotique », une femme est très flexible en matière de sexe, bien plus qu'un homme. Selon l'hypothèse darwiniste, cela remonte à la préhistoire, où la femme devait tout faire pour convaincre l'homme le plus fort du groupe et essayer de le lier à elle. Sexuellement, une femme est beaucoup plus flexible qu'un homme: elle peut mieux s'adapter aux souhaits et aux besoins d'un homme et elle est plus influencée par toutes sortes d'événements et de circonstances. »

Une femme devrait-elle forcer son désir sexuel ?

« Trop souvent, nous voyons le désir sexuel comme la faim ou la soif : un besoin qui surgit spontanément et qui devrait être satisfait quasiment sur le moment. Mais ce n'est pas correct.

« Si madame veut satisfaire sexuellement monsieur alors qu’elle n’en ressent pas l’envie, elle ne se sentira certainement pas bien. Monsieur le sentira aussi et le problème ne fera que s'aggraver. Forcer le sexe quand il n'y a absolument aucun désir n'est pas la solution. Ce qui pourrait aider la femme, ce sont les circonstances qui la rendent réceptive aux stimuli sexuels.

« Pour comprendre cela, nous devons considérer la différence de désir sexuel entre les deux sexes. Le désir sexuel d'un homme peut être comparé à un trajet tranquille sur l'autoroute. Il monte dans sa voiture, roule sur l'autoroute et accélère jusqu'à ce qu'il atteigne sa destination. Il ne rencontre aucun obstacle en cours de route : pas de feux rouges, pas de dos d'âne... Le voyage de madame prend quant à lui un chemin sinueux. Avant de pouvoir partir, elle doit passer deux fois par le péage. Elle ne pourra continuer que si elle dispose des bons papiers et que les portes s'ouvrent. La première porte concerne les conditions générales pour se sentir bien dans sa peau, être « à l'aise », se sentir - émotionnellement - en sécurité, et donc être ouverte à d'éventuels stimuli sexuels.

« Il y a des femmes dont les portes ne s'ouvrent pas lorsqu'elles viennent de changer d'emploi ou de déménager. Dans d’autres cas, il peut s'agir de la présence d'enfants à la maison, de la pensée qu'elle doit se lever très tôt demain, de la réunion du lendemain qu'elle doit encore préparer, du linge qui n'a pas encore été repassé ou de la dispute avec sa soeur. Vous comprenez qu'il faut souvent un certain temps pour trouver les pièces qui complètent le puzzle. Une fois qu'une femme sait quelles conditions provoquent l'ouverture de la porte numéro un et quels facteurs ne la favorisent absolument pas, il lui appartient de s'assurer que les éléments qui aident à ouvrir la porte sont réunis et d'essayer d'éliminer les facteurs inhibiteurs. Il est également important qu'elle explique cela à son partenaire pour qu’il ne soit pas frustré.

« Les hommes utilisent le sexe comme moyen de communication, pour exprimer qu'ils aiment leur partenaire. Ils considèrent que c'est le moment ultime, où on est le plus proche l'un de l'autre. Ils attendent la même chose de leur compagne. Un homme interprétera donc rapidement le rejet sexuel comme « elle ne m'aime pas », alors qu'une femme peut aimer très fort un homme sans éprouver de désir sexuel pour lui. Par exemple, supposons que la porte 1 ne s'ouvre jamais le soir quand madame doit se lever tôt pour aller au travail. Si son mari le sait, il peut en tenir compte. Il peut la serrer dans ses bras et l'embrasser sans avoir à faire l'amour. Madame se sentira beaucoup mieux, car elle ne devra pas repousser les avances sexuelles de son partenaire. Monsieur connaît la vraie raison : sa partenaire a besoin de sommeil car elle veut commencer sa journée reposée. Il ne devrait pas chercher plus loin que cela. »

Et si les circonstances sont positives, le reste viendra naturellement ?

« Le passage de cette première porte est l’étape principale. Une fois qu’elle est franchie, il ne reste plus qu'à attendre la porte 2, qui est beaucoup plus facile à ouvrir. Il s'agit de ce que la femme aime, des stimuli sexuels qui fonctionnent chez elle. La plupart des gens se concentrent uniquement sur la deuxième porte et oublient la première. Mais peu importe à quel point le monsieur essaie d'accueillir sa femme à la porte numéro deux, si la porte numéro un ne s'ouvre pas, tous les efforts seront vains. »

(*) Chez la femme, les ovaires produisent principalement des œstrogènes et des progestatifs. Chez l'homme, les testicules produisent plus d'androgènes, la principale hormone étant la testostérone. Une femme fabrique aussi de la testostérone, mais beaucoup moins. Le corps d'un homme en produit 7 mg / jour, celui d'une femme 1 à 2 mg / jour. La testostérone stimule le désir sexuel.

Vanessa Muyldermans est infirmière sociale et elle possède également un master en criminologie et un post-master en sexologie. Elle est membre de l'Association flamande de sexologie et elle suit actuellement une formation de psychothérapeute axée sur les solutions. Vanessa pratique depuis des années.

Source: Annemie Vandeweerdt - rédactrice santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub