Aéroports : le scanner corporel sans danger, ou presque…

Dernière mise à jour: mai 2014 | 4540 visites
scan-luchthaven-170_400_05.jpg

news Les scanners corporels, dont s’équipent en masse les aéroports, surtout américains, ne sont pas dangereux pour la santé des voyageurs, affirme une étude réalisée par des experts de l’Université de Californie. Mais, mais…

Ces recherches concluent qu’un passager devrait passer cinquante fois à travers un scanner corporel pour être exposé à autant de radiations que lorsqu’il subit une radiographie dentaire. Une radio des poumons équivaudrait à 1.000 passages par le scanner, alors qu’une mammographie représenterait quelque 4.000 expositions.

Un risque extrêmement faible... mais pas nul


L’étude s’est penchée sur les scanners corporels à rayon X « backscatter », qui émettent des radiations ionisantes comme pour l’imagerie médicale et qui sont utilisés en plus grand nombre aux Etats-Unis que les scanners à ondes radio millimétriques. « Les doses de radiations ionisantes émises par les scanners à rayon X sont extrêmement basses, si basses que l’on ne sait pas si elles ont le potentiel d’affecter la santé », affirment ces chercheurs, qui rappellent que l’administration américaine de la sécurité des transports juge le risque « insignifiant ».

Mais, mais… « Même si ces doses sont basses, le risque de cancer mérite considération », poursuivent les auteurs de cette étude, dans la mesure où « un risque ténu sur le plan individuel n’est pas forcément inexistant à l'échelle collective ».

Les chercheurs ont estimé que sur 100 millions de passagers qui auraient voyagé au total 750 millions de fois dans l’année, six nouveaux cas de cancer pourraient apparaître. Et pour les usagers plus fréquents du transport aérien, ce chiffre grimperait à dix nouveaux cas pour 100 millions.


publié le : 03/06/2011 , mis à jour le 26/05/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci