A la ville ou à la campagne, le cerveau réagit différemment

Dernière mise à jour: février 2013 | 4167 visites
natuur-groen-170_400_08.jpg

news Confronté à une situation négative, le cerveau des citadins stresse davantage que celui des personnes qui habitent en milieu rural.

Des chercheurs allemands (université de Heidelberg) et canadiens (université McGill) ont procédé à une expérience très instructive, dont les détails sont publiés par le revue « Nature ». Ils ont exposé des volontaires à des messages verbaux négatifs, avant de leur demander de résoudre des énigmes ; tout ceci pour créer une situation de stress.

L’activité cérébrale était observée par IRM (résonance magnétique), avec mesure, dans le même temps, des niveaux de cortisol, du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Résultat : les citadins manifestent des réactions de stress plus prononcées par rapport aux personnes résidant en milieu rural, comme l’illustre notamment l’activité de l’amygdale, une région du cerveau associée, entre autres, à la peur et à l’anxiété.

Les chercheurs en déduisent que le fait d’habiter en ville accentue le stress lorsque l’individu est confronté à des émotions négatives. Ils indiquent cependant que cette expérience n’explique pas l’origine de ce « sur-stress », et qu’elle ne permet pas (à ce stade)) d’établir un lien entre ce phénomène et les problèmes de santé mentale rencontrés avec davantage de fréquence parmi les populations urbaines.


publié le : 10/09/2011 , mis à jour le 06/02/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci