Dépistage du sida : pour qui ?

Dernière mise à jour: juillet 2012 | 6295 visites
labo-bloedafn-170_400_04.jpg

news Le test de dépistage du virus HIV est à pratiquer chez son médecin généraliste ou en milieu hospitalier. La confidentialité du résultat est garantie : il ne sera pas communiqué à une tierce personne sans le consentement du patient.

A qui s'adresse-t-il ?

Ce test est destiné à des personnes qui ont réellement encouru un risque : des contacts sexuels à risque, des injections de drogue ou un contact accidentel avec du sang potentiellement contaminé (seringue...).

La marche à suivre

Si vous souhaitez effectuer un test HIV, parlez-en avec votre médecin généraliste ou contactez par exemple la Plate-Forme Prévention SIDA asbl au 02/733.72.99 ou encore au 078/150.10.00. Des centres de dépistage gratuit vous seront renseignés. Vous pouvez aussi surfez sur www.medimmigrant.be.

La question consiste à savoir si les risques que vous pensez avoir encourus sont réels ou pas : dans le doute, il est souhaitable de pratiquer le test.

En quoi consiste-t-il ?

Le test HIV est simple à réaliser : une prise de sang suffit. Il est nécessaire d'être encadré psychologiquement lors de l'annonce du résultat. Un test HIV positif signifie que le patient est potentiellement exposé au développement futur du sida.

Il existe aujourd'hui un arsenal thérapeutique qui permet, dès que le VIH a été détecté, de ralentir considérablement l'évolution de la maladie et d'en prévenir les complications.

Le test HIV doit être pratiqué au moins six semaines après un contact à risque, pour que la charge virale soit détectable. Un second test sera réalisé après trois mois, pour être tout à fait certain.

C'est au médecin généraliste de définir la gravité du risque encouru : vous pourriez minimiser ou, au contraire, exagérer un risque potentiel. Après la prise de sang, l'échantillon sera envoyé au laboratoire d'analyse médicale. Le médecin devrait recevoir les résultats endéans la semaine. En attendant les résultats du test HIV, il conviendra d'adopter un comportement responsable. Le médecin en profitera généralement, outre le test HIV, pour procéder à d'autres tests visant à détecter d'éventuelles MST.

L'anonymat ?

Un test HIV peut être pratiqué anonymement. Le médecin généraliste introduira un code en lieu et place du nom de famille. Dans ce cas de figure, la mutuelle ne remboursera pas le test. Le médecin traitant pourra également - sur demande explicite - s'arranger pour que la facture du laboratoire d'analyses ne parvienne pas au domicile du patient.

Enfin, si vous avez de fortes suspicions quant à une contamination au VIH, il existe un test plus onéreux mais qui peut se pratiquer avant un délai de six semaines après la date présumée du comportement à risque. Il peut se faire dans un centre de prévention du sida.

Il est conseillé de procéder de la sorte si vous avez eu des rapports sexuels avec une personne HIV positive, et ce sans protection, ou s'il y a eu un accident de préservatif ou encore si vous souffrez de symptômes assimilés à une forte grippe alors que vous avez eu un comportement à risque.

Il existe également un test VIH à faire à domicile, mais il n'est pas recommandé.

Info: www.sensoa.be et/ou www.medimmigrant.be


publié le : 01/12/2011 , mis à jour le 20/07/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci