Pourquoi ne retrouve-t-on pas ses clés ?

Dernière mise à jour: juillet 2012 | 17523 visites
autosleutels-170_01.jpg

news « Mais où sont donc mes clés ? » : impossible de mettre la main dessus, et pourtant elles sont là, sous notre nez. La faute à une désynchronisation dans le cerveau.

« J’ai regardé partout, dix fois, et rien. Et puis, elles étaient là, sur la table de la cuisine. Je suis sûr d’avoir jeté un coup d’oeil, mais je ne les ai pas vues. Je ne comprends pas ». Le scénario classique. Un mystère, aussi, que des chercheurs canadiens (université de Waterloo) ont cherché à percer.

Pour résumer leurs travaux, on peut dire que les régions du cerveau impliquées dans la perception visuelle ne parviennent pas à suivre le rythme de celles qui contrôlent les mouvements. On court à gauche et à droite, on passe d'un endroit à l'autre, on regarde partout, mais... sans vraiment regarder. En tout cas, sans donner le temps au cerveau d'assimiler toutes les informations.

Pour aboutir à cette conclusion, les spécialistes ont soumis un panel de volontaires à une série de tests. Le premier consistait à retrouver aussi rapidement que possible, sur un écran d’ordinateur et à l’aide du pointeur de la souris, un objet dissimulé parmi d’autres. Les mouvements étaient enregistrés. Il s’est avéré que, dans 10 à 20% des cas, les participants ont déclaré ne pas avoir trouvé l’objet, alors que les enregistrements indiquent qu’ils l’avaient localisé avec la souris. Comment expliquer cela ?

Quelque chose ne va pas, mais quoi ?

D’abord, d’autres expériences ont montré que la mémoire à court terme n’avait rien à voir là-dedans, pas davantage qu’un déficit de l’attention. Par contre, il est apparu que lorsqu’ils passent sur l’objet sans l’identifier, les volontaires ont tendance à ralentir leurs mouvements. Comme s’ils « savaient » inconsciemment que quelque chose n’allait pas. D’où l’hypothèse, développée dans la revue « Cognition », que les processus cérébraux chargés de la motricité vont trop vite par rapport à ceux impliqués dans la reconnaissance visuelle. Il y a découplage, en fait, alors qu’une synchronisation parfaite serait nécessaire.

Pour compenser, et pour retrouver plus aisément ses clés, il faut donc regarder partout… sans se précipiter.


publié le : 14/05/2012 , mis à jour le 31/07/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci